Société › Actualités Société

Journées de Solidarité entre les peuples de lutte: Du politique et du social

Réunis à  Bamako les 21 et 22 janvier derniers au siège du parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI), les représentants des partis et mouvements de Gauche des pays de l’Afrique, de l’Amérique Latine et des Caraà¯bes ont célébré pour la quatrième fois consécutive les «Journées de Solidarité entre les peuples de lutte ». Leur objectif était de réfléchir à  un « projet commun permettant de jeter les bases d’une fusion politique contre l’impérialisme et néocolonialisme ». Organisées sous la houlette du parti SADI, ces journées se tiennent en partenariat l’AMAPALC (Association d’Amitié avec les peuples d’Amérique Latine et des Caraà¯bes), du Groupe Parlementaire d’Amitié Mali-Cuba-Venezuela-Haà¯ti et du Réseau de communication « Kayira ». Dans un contexte de crise La rencontre de Bamako intervient au moment o๠notre pays est durement frappé par la crise aigue de l’école et la situation au Nord. Dans son discours d’ouverture, le secrétaire général du parti SADI a insisté sur la nécessité pour le gouvernement de parvenir à  une solution durable. Cela, explique Oumar Mariko, en initiant « un dialogue franc et responsable » entre les acteurs de l’école. Aussi, ajoute-t-il, il est important que l’Etat soit pleinement souverain dans la résolution de la question. s’agissant de la situation au nord, les participants ont, à  travers le discours du secrétaire général du parti SADI, exprimé leur regret et leur compassion après la perte de vie de nos soldats. Appelant le gouvernement à  « prendre ses responsabilités face à  la nécessité de sauvegarder l’intégrité du territoire », les forces de lutte d’Afrique et d’Amérique latine ont vivement souhaité un retour rapide à  la normale. « l’accès gratuit aux soins est bien possible pour les Maliens » Pendant deux jours, marqués par des espaces d’échanges, les participants ont débattu des questions comme les privatisations (notamment celle des Aéroports du Mali), « la crise du système éducatif : Quelles alternatives ? Regard proposé sur les exemples de Cuba et de Venezuela », « Quelles alternatives au système de financement des secteurs stratégiques de notre pays, tels que la santé et l’éducation : proposition du parti SADI », etc. l’un des temps forts des journées de Bamako a été surtout l’organisation de consultations médicales et de distributions gratuites de médicaments en faveur de plusieurs couches défavorisées. Ces consultations, qui sont devenues l’une des activités phares de ces journées, ont concerné les domaines de la médecine générale, de la dermatologie, la gynécologie, le paludisme, l’ophtalmologie, etc. Au total 736 personnes ont bénéficié de ces consultations gratuites grâce au partenariat avec la Brigade médicale cubaine. Pour Oumar Mariko, il s’agit d’une initiative qui s’inscrit en droite ligne de l’orientation du parti SADI. Qui veut que tous les Maliens aient accès gratuitement aux soins de santé. « En une journée, ceci est la contribution de notre parti malgré ses modestes ressources. Le Mali avec ses potentialités économiques, peut bien assurer la couverture de santé à  ses populations », pense Oumar Mariko, sur un ton aux allures de campagne présidentielle.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut