Économie › Industrie & Services

Sadiola et Yatéla : la communication au cœur du dispositif minier

Pour mieux consolider leurs activités, les sociétés Semos et Anglogold Ashanti misent sur la communication entre l’ensemble des acteurs intervenant dans le secteur minier. Cette année, la huitième édition du forum a ouvert ses portes ce mardi 24 janvier 2012 au Sahel Club de Sadiola. C’’était sous la présidence de Djibrila Togola, représentant du ministre des mines et des deux Directeurs de Semos et d’Anglogold Ashanti. La communication au C’œur du dispositif des deux mines l’objectif de ce forum est d’améliorer la communication sur l’activité des mines d’or de Sadiola et de Yatela SA à  travers un programme de consultation publique et de concertations. Le forum a enregistré près de 300 participants à  savoir, des partenaires, des travailleurs et des représentants des collectivités, des médecins, des laborantins et des commerçants etc. Dans la revue des activités annuelles, il ressort sur le plan de l’emploi que les deux mines emploient respectivement 2134 travailleurs pour Sadiola et 1016 pour Yatela. En 2011, plus de 520 millions ont été injectés dans la formation des travailleurs des deux mines. Le recrutement des employés obéit lui à  des règles strictes basées sur la qualification. Ce qui exclut en majorité les populations des villages riverains. Pour compenser cette situation, des groupements d’intérêt économique (GIE) ont été créés pour offrir à  ces populations des activités régénératrices de revenus. Plus 200 millions ont été injectés dans ces GIE. Sur le plan environnemental, une séquence de contrôle a été effectuée par le laboratoire national de l’eau et des appareils mis en place pour contrôler l’air. s’y ajoute une équipe d’urgence pour intervenir en cas d’incidents naturels. Sur le plan de la santé, des études épidémiologiques ont été dirigées par l’INRSP et le laboratoire national de la santé. Booster l’économie nationale l’apport annuel des deux mines à  l’économie nationale est important. La société d’exploitation des mines d’or de Sadiola à  elle seule, contribue à  hauteur de 290 milliards FCFA. Quant à  la mine de Yatela, la part est estimée à  198 milliards FCFA. Des investissements sociaux non négligeables sont aussi réalisés : l’approvisionnement des villages en eau potable, la construction d’écoles et de centres de santés. Malgré ces investissements, des problèmes demeurent dans ces localités. Les tronçons reliant Sadiola et Yatela à  Kayes et Bamako sont impraticables. D’o๠l’incompréhension d’un participant au forum : « Je ne comprends pas, malgré des milliards générés par ces mines, je ne vois pas d’impact sur les routes des mines ». l’honorable Thiam, un élu de Kayes propose lui la construction d’un centre de formation adapté aux besoins et pour résorber le chômage. De plus, les fonds attribués à  la collectivité locale manquent de suivi et d’assistance technique, selon le président du conseil de cercle de Kayes. Pour le Directeur de la mine de Yatela, cette journée minière a permis un échange fructueux entre les acteurs intervenants dans le secteur. Pour le Directeur d’AngloGold Ashanti, le but de cette rencontre est de maintenir une communication entre les parties prenantes. «Sans les communautés locales, l’objectif visé ne sera pas atteint». Ce forum se tient au moment o๠le code minier est soumis à  l’examen à  l’Assemblée Nationale. La première journée du forum s’est clôturée par la visité des sites de Yatéla et de Sadiola qui seront respectivement fermés en 2014 et 2025.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut