Personnalités › Jeunes talents

Can 2012 : Soumbeyla Diakité, l’atout goal des Aigles

Il ne pouvait espérer mieux pour aborder cette Can. à‰lu « Homme du match » Mali-Guinée lors du match inaugural de cette édition de la Can, le Keeper Soumbeyla Diakité a émerveillé le stade de Franceville par ses performances d’une facture exceptionnelle. Si Soumbeyla a joué tous les matchs des éliminatoires de la CAN 2012, son état de forme dû à  l’arrêt du championnat local (la reprise date du 06 Décembre 2010) avait compromis sa place dans la hiérarchie au poste de gardien des Aigles du Mali. Surtout qu’Oumar Sissoko sortait d’un excellent début de saison dans les cages du FC Metz. Mais une douleur aux adducteurs de ce dernier à  la veille du match a ouvert à  Soumbeyla Diakité un boulevard d’opportunités qu’il a su saisir. Ayant suivi les deux précédentes Cans sur le banc des remplaçants, C’’est désormais dans la peau de titulaire indiscutable que Soumbeyla devra gérer le reste de la compétition. Agé de 27 ans, le gardien du Stade Malien de Bamako a fait son entrée chez les Aigles à  Narbonne contre la Tunisie en novembre 2006. Et depuis, il ne les a plus jamais quittés. Longtemps bloqué par l’ex-portier Mahamadou Sidibé « Maha », le vainqueur de la Coupe CAF 2009 a évolué au sein de toutes équipes catégories jeunes du Mali avec, notamment, une participation aux Cans et Coupe du Monde U20 en 2003. Doté d’une bonne prise de balle et d’une présence physique dans les buts, Soumbeyla Diakité puisse sa force dans sa capacité de concentration et sang froid. Seul joueur parmi le onze de départ à  évoluer au Mali, Soumbeyla Diakité a parfaitement négocié le premier rendez-vous des Aigles dans cette CAN 2012. Auteur de plusieurs arrêts décisifs et de sauvetages improbables, il est parvenu à  lui seul de mettre dans tous les états les attaquants guinéens. Des poings ou des pieds. Espérons que Soumbeyla rééditera ses exploits face aux Black Stars du Ghana.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut