Politique › Politique Nationale

Cheick Bougadary Traoré : « Il faut une refondation de la démocratie malienne »

Le candidat de la Convergence Africaine pour le Renouveau (CARE) envisage la refondation de la démocratie malienne, en tenant compte des valeurs traditionnelles et culturelles, avec comme arme la concertation des concitoyens, afin de connaà®tre et résoudre les maux dont ils souffrent. Dans son discours d’investiture, le président de la CARE a évoqué plusieurs axes majeurs pour le développement de notre pays. Selon lui, le chemin qui mène au développement est encore long. Après vingt ans de démocratie, dit-il, le Mali n’a pas eu un développement harmonieux. Ces échecs sont dus, souligne-t-il, au fait que la démocratie a été simplement et purement confisquée par certaines classes politiques. Cette démocratie a été perçue, selon le fils aà®né de l’ancien chef de l’Etat Moussa Traoré, uniquement comme le pluralisme des partis politiques. Pour lui, la vraie démocratie doit être au service de l’ensemble du peuple. Cheick Bougadary Traoré s’est dit persuadé qu’il n’y a pas de démocratie digne de ce nom sans un enseignement de qualité assuré à  tous les citoyens du pays et une justice sociale. Le porteur des couleurs de la CARE pense que la conséquence de ces échecs de gouvernance est due au fait que l’Etat n’arrive pas à  garantir l’unité nationale. 2012 est une année capitale pour notre pays ! Selon Cheick Bougadary Traoré doit se faire dans un climat de compétition fiable. Tous les acteurs, pense-t-il, doivent adopter une pédagogie de clarté pour prendre leurs responsabilités dans l’intérêt et l’avenir de la nation. ‘’ Nous sommes convaincus d’une refondation de notre patrie. Il faudra emprunter avec détermination une nouvelle gestion des affaires publiques. Cela consiste à  écouter les citoyens et agir avec eux. C’’est ce qui exige pour nous un changement profond. Il s’agit aussi de faire en sorte que les valeurs de nos familles, soient le fondement même de tout. Notre projet appelé « Mali Soumalagno » est de consulter toutes les couches, porter un double regard sur nos institutions », a-t-il souligné. ‘’Nous devons tous nous rappeler que le Mali est un et indivisible. On ne doit pas s’attaquer aux institutions et aux uniformes de notre pays qui sont les mères de l’unité nationale », a-t-il affirmé sur la crise au nord. Mme Diakité Oumou Touré, Daouda Gatta, Hamed Wélé, tous responsables de la CARE, ont fait des témoignages sur l’homme tout en lui réaffirmant leur soutien. Une projection sur le parcours de l’homme, de sa région natale (Kayes) jusqu’aux Etats-Unis d’Amérique, a suffit pour édifier l’assistance sur le sens de combat du fils de l’ancien général président.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut