Société › Actualités Société

Tinariwen à l’abri de la rébellion ?

«Â Bonjour tout le monde, quelque temps après que la rébellion ait éclaté, la semaine dernière, beaucoup d’entre nous ont fui les villages pour éviter les combats entre rebelles et l’armée. Nous sommes réfugiés ici dans la nature, depuis quelques jours, avec des femmes, des enfants et des vieilles personnes. Beaucoup d’entre nous souffrent de la faim et du froid. Il fait très froid la nuit à  cette période de l’année. La situation est très pénible pour nous mais chacun essaye de tenir. Merci à  tous ceux qui voudront bien penser et prier pour nous. Continuez de nous soutenir. Nous souhaitons de tout C’œur que les choses vont s’arranger. Merci ». Signé Tinariwen. C’’est le message en anglais que nous avons reçu et traduit. Le groupe Tinariwen qui n’est plus à  présenter et connu pour avoir chanté la rébellion dans les années 90, aurait certains de ses membres réfugiés en pleine nature et sans aide après les violents combats au Nord entre l‘armée malienne et les rebelles du MNLA. Un appel au secours qui nous laisse perplexe alors que de nombreuses tournées sont prévues pour le groupe dans le monde, notamment leur participation au 3è festival international des Arts de l’Ahaggar à  Tamanrasset ( Algérie ) du 14 au 19 février. Début janvier, une rumeur affirmait même qu’Ibrahim, leader du groupe avait rejoint la rébellion. Une rumeur démentie par la présence du groupe au dernier festival Au Désert à  Tombouctou. Reste qu’on est toujours sans nouvelles du groupe depuis le début des hostilités au Nord Mali. l’errance toujours Crée en 1982, le groupe Tinariwen chante l’errance qu’a connu le peuple Touareg après la répression violente des années 60 et qui les a conduit vers l’Algérie. Dans un documentaire célèbre, réalisé sur eux, Ibrahim, l’un des leaders du groupe Tinariwen témoignait comment à  5 ans, il avait vu des membres de sa communauté, fusillés par l’armée Malienne. C’était dans les années 70. Ibrahim Ag Alhabib, et Abdalla, les deux principaux leaders du groupe, au dernier festival au Désert de Tombouctou, ont surtout chanté des messages de paix contraires à  cette rébellion, dont les motivations ont changé au fil du temps et dans laquelle beaucoup de touaregs ne se reconnaissent plus aujourd‘hui. « l’amour et la Paix », tel est le nouveau crédo du groupe Tinariwen. Après les manifestations qui ont touché Kati et Bamako, de nombreux personnes issues de la communauté Tamasheq ont fui le nord du Mali, à  l’instar de l’ancienne Ministre Zakiyatou Oualett Halatine, par peur des représailles sur leurs personnes. Pour Tinariwen, le désert n’est pas une grande inconnue et même s’ils ont toujours pas donné d’autres signes, les nombreux fans souuhaitent très vite les revoir sur des scènes o๠les tirs de mitraillettes et les divergences communautaires sont bannies.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut