Société › Environnement

L’AEDD poursuit son combat pour l’environnement

Après le tout premier Conseil d’administration qui l’a mis, il y a un an, sur son piédestal, l’AEDD s’inscrit dans le renforcement des actions déjà  menées dans le domaine sensible que représente l’Environnement. En effet, lors de cette session, la structure a eu sa première feuille de route à  travers la validation de son organisation interne et les règles particulières relatives à  son administration et son fonctionnement. Mieux, le projet de programme annuel d’activités et le budget de la structure avaient été validés. «Â Aujourd’hui, nous pouvons dire avec une certaine satisfaction que notre nouvelle structure a fait ses premiers pas dans la bonne direction », se réjouit le président du Conseil d’Administration (PAC) Tiemoko Sangaré. Au point de vue de son organisation interne, faut-il le préciser, l’AEDD s’est dotée de ressources humaines conformément aux prévisions lesquelles, par ailleurs, en donnant une place de choix aux femmes et aux jeunes dans l’organigramme. Créée dans le but de coordonner la mise en œuvre de la politique nationale de protection de l’environnement et de l’intégration des aspects environnementaux dans les politiques sectorielles, l’AEDD travaille à  la mobilisation des financements relatifs aux actions d’adaptation aux effets néfastes des changements climatiques. Selon son directeur général, Mamadou Gakou, l’AEDD joue un rôle de premier plan dans l’élaboration de la politique nationale et la stratégie nationale sur les changements climatiques assorties d’un plan d’actions, l’élaboration (en cours) de la stratégie nationale du développement durable… « Tous nos efforts restent orientés vers l’avènement d’un développement durable. Il ne saurait avoir de développement durable sans la protection et la sauvegarde de l’environnement », précise-t-il. Vu par certains comme le bras armé du département de l’Environnement et de l’Assainissement, l’AEDD a dejà  Âœuvré à  la mobilisation de plus de 10 milliards Fcfa. Selon le PCA, Tiemoko Sangaré, d’autres financements, comme le Fond d’adaptation aux changements climatiques, sont en cours de mobilisation. Histoire de permettre à  cette jeune structure aux ambitions nobles de poursuivre sa « vocation environnementale »s.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut