Personnalités › Jeunes talents

Aminata Niamoto, candidate à l’élection présidentielle : « Je ne défends pas seulement la cause des femmes « 

JournalduMali.com : Quelle formation avez-vous ? Je suis économètre de formation. J’ai fait des études scientifiques. Sciences exactes au lycée, puis économie à  l’ENA. Je suis actuellement à  l’Institut des Hautes Etudes de Management. Journaldumali.com : Avez-vous déjà  mené des luttes estudiantines ? Non car je ne pensais qu’à  mes études. Après mes études, J’ai eu à  militer dans des associations de femmes. J’ai même créé une association de femmes et de jeunes, « l’Alliance des Femmes et des Jeunes pour le Développement et le Progrès ». Journaldumali.com : Pourquoi être candidate du Parti Humaniste-Adamaden Ya Ton? J’ai adhéré dans un premier temps à  ce parti car il mène les mêmes actions que moi sur le terrain. Journaldumali.com : En tant que femme vous semble-t-il possible de briguer la magistrature suprême dans un environnement politique dominé par les hommes ? Je pense que oui dans la mesure oà¹, pour être élu, on n’a pas besoin de la voix de tous les Maliens. La majorité suffit. Beaucoup d’hommes, de femmes et de jeunes m’encouragent dans ma démarche, même s’il y a toujours des récalcitrants. On ne peut pas être aimé par tout le monde. Journaldumali.com : Votre candidature est-elle à  mettre au compte d’une lutte pour les femmes ? Je ne sais pas si je peux dire car je ne défend pas la seule cause des femmes. Je défend aussi les jeunes et les couches vulnérables de la société. Journaldumali.com : Justement quelle place accorderez-vous aux jeunes ? Une très grande place à  l’image des actions que nous avons menées au sein de l’association. On a agit en améliorant les conditions des jeunes et en leur cherchant du travail. On ne fera qu’améliorer ce qu’on a eu à  faire sur le terrain. Journaldumali.com : Quels sont vos projets de société ? Les premiers actes concerneront d’abord la mise en application de notre projet de société, notamment celui concernant la sécurité. Nous allons mettre les moyens pour protéger les populations et leurs biens. Ensuite, nous allons faire face à  la question de l’école malienne qui souffre beaucoup. Après cela d’autres priorités viendront. Mais ce sont les deux principales.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut