Société › Actualités Société

Révolte et indignation à Gao

Depuis qu’Ansar Dine s’est érigé en maà®tre dans la cité des Askia, la population n’en finit plus de subir interdictions et contraintes. Le mouvement d’Iyad Ag Ghaly y a banni toutes les activités comme le foot, la projection de vidéos ou encore les rassemblements de jeunes. « Trop, c’est trop ! » Pour ceux qui sont restés sur place, C’’est l’enfer. Les autres ont quitté la ville depuis le début de la prise de Gao par les rebelles le 31 Mars. Les occupants auraient même tenté de profaner les tombeaux des fondateurs de la ville. «Â Les civils ont organisé une ceinture de protection. La tension est montée », a ajouté ce responsable municipal. Après la profanation d’un Mausolée à  Tombouctou, les rebelles qui ont auto-proclameé l’indépendance de l’Azawad semblent n’avoir aucun respect pour les vestiges culturels qui font la valeur des villes du nord Mali. Et pour dire non à  l’application de la charia , des jeunes, des femmes sont descendus dans rue ce lundi dans la rue. Selon des témoins, dans un des quartiers, des manifestants ont arraché les drapeaux d’Ansar Dine et du MNLA et ont hissé à  la place le drapeau national malien. « Les femmes, les enfants, les jeunes… tout le monde était dehors et demandait le départ de groupes armés. Nous n’avons plus peur. Trop, c’est trop », a affirmé Abdoulaye Diré, animateur d’une radio locale, selon l’AFP. « Riposte des groupes armés « A Gao, la situation empire de jour en jour. Viols, exactions sommaires, manque de nourriture et de soins de santé, les organisations humanitaires comme Human Right Watch (HWR) ont plusieurs fois tiré la sonnette d‘alarme. Certains témoignages font état de pratiques qui vont à  l’encontre du respect des droits de l’homme et de la liberté d’expression. Le respect de la personne humaine est lui constamment bafoué. En riposte à  la manifestation, un témoin a affirmé que les hommes du MNLA et d’Ansar Eddine tiraient en l’aire pour effrayer la foule. Les rebelles contrôlent les entrées et sorties de la ville et se promènent continuellement à  bord de jeeps, armés jusqu’aux dents, pour créer un climat de psychose à  Gao. Alors qu’un premier bilan de l’affrontement fait état de 5 blessés selon une source hospitalière, cette révolte populaire à  Gao, montre bien que tous les ressortissants du nord ne partagent les revendications indépendantistes et idéologiques du MNLA ou du groupe Ansar Dine. Du reste, Gao, qui s’est levé ce lundi 14 Mai, pour dire non, pourrait être à  l’avant du combat ultime contre l’occupation du Nord.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut