Société › Actualités Société

Liberté de la presse au Mali : haro sur les arrestations arbitraires

Alors qu’en matière de liberté de la presse, le Mali s’est classé 25è, dans le rapport 2012 de Reporters sans frontières, il risque de perdre quelques points dans le classement, au vu du contexte politique et sécuritaire qui prévaut depuis le putsch du 22 Mars. Un contexte propice aux dérives et atteintes de toute sortes. « Deux interpellations en une semaine » En l’espace d’une semaine, deux directeurs de publication de journaux privés ont été interpellés à  Bamako dans l’exercice de leur fonction, par la Sécurité d’Etat. Il s’agit de Birama Fall, directeur du Prétoire et de Saouti Labass Haidara, patron du Journal l’indépendant. Le premier a été convoqué par la sécurité d’Etat le vendredi 11 Mai. Il subira un interrogatoire sur des entretiens téléphoniques relatifs à  l’existence d‘un « charnier ». Birama Fall sera libéré 4h plus tard dans l’après midi. Au deuxième, on reproche de s’être fait l’écho d’un tract mentionnant des attentats à  Bamako et des attaques contre le CNRDRE et signé de la main d’un certain capitaine Touré. Interpellé aux environs de 18h, le mercredi 16 Mai, Saouti Haidara a été interrogé. Les agents de la SE lui ont demandé de fournir toute information complémentaire concernant ce tract. Il a été relâché dans la soirée. « La Maison de la presse monte au créneau » En réaction à  ces interpellations et soucieuses d’en prévenir d‘autres, les associations de la presse réunies sous la coupe de la Maison de la Presse, ont émis une déclaration pour dénoncer ce qu’ils appellent  » des tentatives d’intimidation et de musèlement de la presse pour intentions inavouées et par des méthodes policières aux antipodes de la démocratie et de la liberté de presse utilisées par les autorités actuelles (la présidence de la république, le gouvernement et la junte militaire) ». Pour Makan Koné, président de la Maison de la Presse, les atteintes à  la liberté de la presse sont manifestes et sont citées dans une déclaration à  l’intention du grand public mais aussi des autorités actuelles : Alors que les acteurs de la presse reprochent aux autorités leur silence sur ces deux arrestations, ils entendent porter ces affaires à  la connaissance de tous et ne point passer sous silence ces atteintes à  la liberté de la presse. Affaire à  suivre…

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut