Politique › Politique Nationale

Affaire de la BHM : L’ex PDG pas encore tiré d’affaire

En rendant visite il y a deux semaines à  la Maison centrale d’arrêt de Bamako pour s’enquérir des conditions de détention des prisonniers, le nouveau ministre de la justice s’est certainement souvenu de l’affaire de la BHM, qui a défrayé la chronique du monde judiciaire et politique malien. l’affaire de l’ex PDG de la Banque de l’habitat du Mali (BHM), Mamadou Baba Diawara, reste pendante devant les tribunaux malgré le verdict de la Cour suprême qui a ordonné un non-lieu en sa faveur. Un dossier de 10 ans d’instruction Dans le dossier de l’instruction, il est reproché à  Mamadou Baba Diawara et Ismaà«l Haà¯dara, PDG de WAIC et GISOSTON- SA un détournement de près de 7 milliards au préjudice de la Banque de l’habitat du Mali. l’acte d’accusation était fondé sur le fait que l’ex-patron de la BHM « n’a pas respecté les textes de son institution bancaire, en octroyant des crédits à  des sociétés immobilières, sans garantie hypothécaire ». Il lui est reproché de donner un avis favorable à  une demande de la Société Anonyme dénommée « Immobilière Franco-Africaine Baco » (IFA-BACO) aux fins d’acquisition, à  Sébéninkoro, du site d’un programme immobilier dit « La Mangueraie ». Les fonds sollicités, auraient donc été octroyés à  cette société sans avoir pris soin, comme l’exige son règlement intérieur, de s’offrir toute la sûreté de remboursement par une inscription hypothécaire sur trois titres fonciers de la commune IV du district de Bamako. Cette société était en partenariat avec la société anonyme West African Investement Compagny (WAIC) dont le PDG est Ismaà«l Haà¯dara. A travers ce partenariat, IFA-BACO devrait mettre à  la disposition de WAIC-SA le site et assurer la commercialisation des parcelles et des maisons, tandis que WAIC-SA se devrait d’assurer le financement des travaux de viabilisation et de construction. Scandale autour de 7 milliards La BHM aurait donc accordé des faveurs à  cette dernière, selon l’acte d’accusation. A travers une garantie de commercialisation pour une validité de deux ans. Les engagements globaux de IFA-BACO dans les livres de la banque atteignent 1,350 milliard de francs CFA pour un prêt d’un montant de 3 milliards au taux d’intérêt de 8% par an sur les montants décaissés remboursables en 8 ans avec un an de différé à  compter de la mise en place du fonds. Les soucis commencèrent en septembre 2004 pour WAIC-SA avec le départ de Mamadou Baba Diawara de la banque. Car, la nouvelle équipe de la BHM-SA a estimé que plusieurs tirages effectués par les deux sociétés de Ismaà«l Haà¯dara (WAIC SA et GISOSTON-Mali SA) sont énormes et se chiffrent à  7 milliards de francs CFA. Ce montant avait été autorisé par Mamadou Baba Diawara, en violation de la procédure applicable en la matière. C’’est ainsi que la BHM a saisi en mai 2007 le Pôle Economique de Bamako, considéré comme la « brigade anti-corruption ». « Violation bancaire » Au cours des enquêtes diligentées par cette structure, il est ressorti que le sieur Ismaà«l Haà¯dara, en complicité avec l’ancien PDG de la BHM SA, effectuait des retraits « en violation du règlement intérieur de l’institution bancaire ». Il a été reproché au sieur Haà¯dara de procéder à  des retraits au niveau de la BHM-SA et de transférer ces montants en Allemagne o๠il a ses partenaires. Il sera également accusé d’ « ouvrir un compte à  Paris avec de l’argent frauduleusement soustrait de la BHM SA ». Alors qu’en juillet 2008 la Cour d’Assises condamne M. Diawara à  la prison à  perpétuité et 15 ans de réclusion pour son présumé complice Ismaà«l Haà¯dara, le coup de théâtre a été spectaculaire un an après. Le 27 mai 2009, l’audience de la Cour suprême de Bamako prononce un non-lieu en sa faveur. Nouveau rebondissement quelques jours plus tard, quand le ministre de la justice d’alors, Marahafa Traoré, ordonne le dépôt d’un pourvoi en révision. Autrement dit, toute la procédure de l’enquête qui a abouti à  son inculpation devrait être reprise pour un nouveau jugement. C’’est donc sur ce dossier à  plusieurs inconnus que le nouveau ministre de la justice,Malick Coulibaly, aura à  se pencher dans les prochains jours. Une vraie poudrière entre les mains de Malick Coulibaly.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut