Politique › Politique Nationale

Les « Sages de l’UA » au chevet du Mali

Objectif de la rencontre dans la capitale burkinabé, examiner la situation de la paix et de la sécurité sur le continent. Pour l’Union Africaine, «cette retraite constitue une voie efficace pour des solutions globales et durables aux conflits qui continuent de déchirer plusieurs pays de différentes régions d’Afrique». C’’est le Premier Ministre du Burkina Faso, Luc Adolphe Tiao qui a ouvert les travaux, en lisant un discours du président Compaoré, qui faut-il le rappeler, est Médiateur dans la crise malienne. Pendant deux jours, les sages vont se pencher sur les crises économiques et sociopolitiques qui menacent dangereusement la paix sur le continent. Ils devront trouver des solutions à  ces crises dont celle qui frappe le Mali depuis le mois de mars. «Nous attendons surtout, que les sages réfléchissent davantage à  comment mieux maitriser les processus électoraux pour le renforcement des démocraties», a indiqué le Premier ministre burkinabè. Pour le commissaire paix et sécurité du groupe des sages, Ramtane Lamamra, l’Afrique est en train de vivre « une cinquième génération de conflits postélectoraux qui prennent de plus en plus de l’ampleur ». Il s’agit, selon lui, de la vague de conflits qui succède à  ceux liés à  la colonisation, aux guerres territoriales, à  la guerre froide et à  la crise économique. René MBongo, l’ambassadeur représentant permanent de la République du Congo à  Addis-Abeba préside le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine pour le mois de juin. Il a souhaité que cette rencontre facilite la mise en œuvre du programme du groupe des sages 2012. Pour rappel, le Groupe des sages est composé de 5 personnalités africaines et a été mis en place en décembre 2007. A la disposition du CPS et du Président de la Commission, il a été créé pour se prononcer sur les sujets intéressant la paix en Afrique et jouer le cas échéant le rôle de « facilitateur » pour dénouer certaines crises. Il était présidé jusqu’à  son décès par l’ancien président algérien Ahmed Ben Bella.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut