Société › Actualités Société

Aide de l’Italie aux réfugiés maliens: «Aucun rapport avec la libération des otages»

La remise a eu lieu en présence du ministre burkinabè délégué à  la Coopération régionale, Vincent Zakané et de sa collègue de l’Action sociale et de la Solidarité, Clémence Traoré. Le ministre italien de la Coopération internationale et de l’Intégration s’est ensuite rendu sur un site abritant des réfugiés maliens à  Ouagadougou, à  qui le don est destiné. Rien à  voir avec les otages C’’est sur le tarmac de l’aéroport international de Ouagadougou que la délégation italienne a procédé à  la remise des vivres, de produits sanitaires et de kits pour la cuisine. Il s’agit «d’aider, du point de vue humanitaire, les Maliens, mais aussi le gouvernement du Burkina Faso qui fait un grand travail d’accueil pour les réfugiés maliens», a expliqué le ministre italien. Andrea Riccardi en a profité pour remercier le Burkina Faso pour tout «le travail spécifique qu’il fait dans la région» mais aussi «pour toute l’aide que le président et le gouvernement burkinabè ont donné à  l’Italie dans le cadre de la libération de notre compatriote, Rossella Urru», enlevée en même temps que deux Espagnols, Enric Gonyalons et Ainhoa Fernà¡ndez Rincà³n, le 23 octobre 2011 en Algérie et libérée la semaine dernière. Cependant, M. Riccardi précise que le don n’est pas une récompense pour la libération de sa compatriote parce que «déjà  programmé». l’Italien nie avoir connaissance d’une quelconque rançon versée en échange de la libération des trois otages. «Je n’ai pas connaissance de cela, mais je sais très bien l’aide logistique que le Burkina a apporté lors de cette opération. Une aide très importante car comme vous le savez, l’opération a été très complexe». Soulager les familles Afin de toucher du doigt les réalités vécues par les réfugiés, la délégation italienne s’est rendue par la suite dans un camp de réfugiés situé au secteur 27 de Ouagadougou (quartier Somgandin, selon le nouveau découpage de la ville). Accueilli par une population estimée à  900 personnes, dont 400 enfants, Andrea Riccardi s’est entretenu avec le président du comité des réfugiés à  Somgandé, Mohamed Ag Mohamed Al Mouloud. Et ce dernier d’évoquer les difficultés auxquelles les siens font face. Ce sont, entre autres, la scolarité des enfants, l’insertion dans la vie active, l’équilibre alimentaire et les activités génératrices de revenus. Réponse de ministre italien: «nous vous avons écouté et sommes convaincus que les difficultés sont énormes. Nôtre aide vous permettra sans doute de soulager la situation de la famille et nous formulons le vœu que vous puissiez retournez dans votre pays avec vos droits et dans l’assurance de la sécurité pour vous et vos enfants».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut