Idées › Éditos

Edito : Réponse à Mr Ban Ki Moon

Ils viennent de couper la main d’un voleur à  Ansongo, à  défaut de n’avoir pu sectionner celle du voleur de Gao, le week-end dernier. Ils avaient promis qu’ils imposeraient la charia au Nord Mali, ils font pire et remettent au goût du jour le règne de l’obscurantisme. Ils, ce sont eux les extrémistes de tout bord. Mujao, Ansar Dine, Aqmi, Boko Haram, des illuminés, sortis tous droits des cavernes de l‘ignorance, de savants manipulateurs et prétendus négociateurs, maà®tres dans l’art de tromper leur ennemis. N’est-ce pas ainsi qu’ils ont dupé le MNLA en prenant possession du Nord Mali et jetant aux orties le rêve de l’Azawad… Et C’’est avec un sourire carnassier qu’ils ont accueilli le médiateur de la CEDEAO, un exercice qui au-delà  des déclarations de bonne foi, leur fera un peu plus de publicité dans les médias internationaux et confirmera leur suprématie dans les régions nord du Mali. Pour le médiateur de la CEDEAO, la ballade aura été courte, mais inefficace. Et dans les salons feutrés de l’ONU à  New York, Ban Ki Moon se fend d’une nouvelle recommandation de l’institution qu’il dirige, engluée dans une léthargie sans nom. Mieux, le chef de l’institution onusienne, recommande, je dis bien, recommande des sanctions ciblées contre les «Â fous d’Allah » ! Comme si les extrémistes avaient besoin de voyager aux quatre coins de la planète. Sans les pétro-dollars de Khaddafi, ils ont depuis longtemps trouvé d’autres sources de financement occultes. Franchement, Ban ki Moon se moque t-il des populations du nord Mali ? A défaut d’une intervention militaire dont les contours restent toujours imprécis et conditionnée à  la stabilisation politique de Bamako, il est de bon ton de faire des discours stériles à  la Tribune de New York. D’après notre cher secrétaire général, les progrès faits à  Bamako pour restaurer l’ordre constitutionnel restent limités, à  l’heure o๠la formation du nouveau gouvernement de transition, n’est qu’une question de jours… Et si vous nous disiez toute la vérité Mr Moon ? Et si vous nous disiez que le sort du Mali ne presse pas plus que celui de la Syrie, o๠vous êtes empêtrés depuis des mois ? En réalité, l’urgence que vous semblez vouloir évoquer en parlant de sanctions, ne fait que masquer l’inaction d’une institution soumises aux diktats internationaux du commerce extérieur. Mais pire que cela, le vent de l’extrémiste religieux souffle sur l’Afrique d’est en ouest, sans que personne ne puisse l’arrêter désormais. Combien de temps encore faudra-t-il craindre que ce «Â nord Mali ne soit entrain de devenir un refuge pour les éléments criminels et terroristes »., dà®tes vous. Rectificatif, il l’est depuis des décennies maintenant, que vous le vouliez ou non. Il ne vous reste plus qu’à  nous délivrer UN mandat pour une intervention ciblées au Nord Mali. Alors de véritables négociations pourront s’amorcer face à  des occupants qui constatent chaque jour la faiblesse des victimes en face et repoussent les limites de l‘innommable. En témoigne les lapidations et autres destructions du patrimoine sacré des civilisations perdues, mais surtout, un mépris profond et pour l’être humain, dans sa plus simple expression.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut