Culture › Cinéma, Théâtre & Livres

« Tanyinibougou », le nouveau kotèba de Blonba

Loin de se décourager après la fermeture de la salle mythique du Blonba, le réalisateur et metteur en scène Alioune Ifra Ndiaye, revient sur la scène avec une nouvelle pièce de théâtre intitulée « Tanyinibougou » ou le village de ceux qui ne cherchent que leurs intérêts. La grande première cette œuvre sera présentée au public, le 6 octobre 2012, au Palais de la culture de Bamako. Une bonne nouvelle dans un contexte o๠les évènements culturels s’étaient un peu essoufflés après le coup d’état du 22 Mars. Mais cela n’a entamé en rien l’inspiration de promoteurs culturels comme Alioune Ifra Ndiaye qui n’en est pas à  son premier coup d’essai ou de maà®tre, plutôt. Des pièces comme «Â Bougounièrè invite à  dà®ner » ou «Â le retour de Bougounière », ou encore la comédie musicale «Â Bama Saba », les Kotèba Club du Blonba o๠artistes et humoristes se disputaient jadis la scène et ont fait les beaux jours de la scène culturelle bamakoise. Avec «Â Tanyinibougou », C’’est une nouvelle satire sociale qui nous est offerte et dont les grands actes vous rappelleront certainement les scène de la vie quotidienne. Satire sociale Guimba Kassambra, est le maire d’une collectivité «Â pleine d’ambition ». Cadre supérieur hyper diplômé, très proche des citoyens, Guimba a l’esprit fort occupé par un sport bien connu : le «Tanyini», la chasse à  l’argent. Avec son acolyte Tanyini Bablén, il complote de liquider Tanyinibougou et de partager la recette avec tous les citoyens. Son complice et acolyte s’appelle lui Tanyini Bablén. Faiseur de thé ? Planton ? Assistant du Maire ? Elu ? On ne sait pas exactement sa place dans la mairie. Une chose est quand même claire, rien ne se trame à  Tanyinibougou sans lui. Lui-même se définit comme le laquais, le lèche-cul de «Â son excellence, honorable Guimba Kassambra ». Tanyini Bablén n’a qu’un seul Dieu : l’ argent. Le complot de liquidation de Tanyinibougou ? Il en est la cheville ouvrière. l’imam, Bélébélé, Mademoiselle la Présidente de l’association de femmes veuves de Tanyinibougou, Bocoum le commerçant, le chef des apprentis chauffeurs de Tanyinibougou, le Cap’taine, l’aveugle-mendiant sont les autres protagonistes secondaires de la conspiration contre Tanyinibougou. Guimba et son complice arrivent à  leur fin sans difficulté. Ils ont trouvé preneurs. Tanyinibougou est soldée: terrains vierges, terrains viabilisés, mosquée, cimetière, place publique, Eglise, école, route, même la mairie…. Tout y passe. l’argent est encaissé.  Que vont-ils en faire ? Le spectacle vous le dira. Imitant le Kotèba, un mécanisme social en forme de satire collective traditionnelle jouée sur le mode burlesque dans les villages de l’aire mandingue, la pièce « Taniyibougou » s’inscrit dans un mouvement artistique qui vise à  conscientiser le Mali d’aujourd’hui.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut