Économie › Actualités Économie

Doing Business 2013 : Le Mali classé 151è, et en nette progression

2012 marque la 10è année de la série des rapports Doing Business. Pour cette année, le rapport révèle qu’entre juin 2011 et juin 2012, 28 des 46 gouvernements d’Afrique sub-saharienne ont entrepris au moins une réforme pour améliorer l’environnement des affaires, ce qui représente un total de 44 réformes. Avec 4 réformes l’année dernière, le Burundi se trouve dans le top 10 des économies ayant amélioré au moins trois des domaines mesurés par Doing Business et s’avère être la seule économie à  faibles revenus de la liste. De manière globale, le rapport note, qu’il est plus facile de faire des affaires aujourd’hui qu’au cours des 10 dernières années, soulignant les importantes améliorations de la réglementation des affaires à  travers le monde. Parmi les 50 économies qui ont le plus amélioré leur environnement des affaires pour les entreprises locales depuis 2005 se trouvent 17 économies d’Afrique subsaharienne. 151è sur 182 pays Quant au Mali, frappé par les conséquences de la crise politico-institutionnelle, qui a affecté son économie et réduit les aides au développement, le rapport classe notre pays en 151è position sur 182 économies passées en revue. En effet, les améliorations effectuées ces dernières années par le Mali dans le domaine du paiement des impôts et taxes et la réduction du coût du paiement des taxes et impôts et du taux d’imposition des entreprises – bien que le pays ait aussi introduit une nouvelle taxe foncière, ont joué dans le classement. A noter également que le pays a simplifié les procédures pour payer les taxes et impôts par l’introduction d’un formulaire unique pour la déclaration et le paiement de plusieurs taxes et impôts. De fait, le Mali se classe aussi par les pays africains qui ont le plus fait d’efforts depuis 2005 pour améliorer leur économie. Un rapport de référence Doing Business analyse les réglementations d’une économie qui ont un impact sur les entreprises au cours de leur cycle de vie, ce qui inclut leur création et leur gestion, le commerce transfrontalier, le paiement des taxes et impôts et la protection des investisseurs. Doing Business ne mesure pas tous les aspects de l’environnement réglementaire qui sont importants pour les entreprises et les investisseurs. Par exemple, le rapport ne prend pas en compte la sécurité, la stabilité macroéconomique, la corruption, le niveau de formation ou la robustesse des systèmes financiers. Les conclusions du rapport ont stimulé de nombreux débats et ont également permis le développement d’un nombre toujours plus grand d’études analysant l’impact de la réglementation des affaires sur les résultats économiques dans les différents pays.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut