Société › Actualités Société

Convention relative aux Droits de l’enfant (CDE) : 23 ans d’acquis mais de nombreux défis encore

Le 20 novembre 1989, les dirigeants du monde, ont adopté la Convention relative aux droits de l’enfant, émus par la situation dramatique de beaucoup d’entre eux à  travers le monde. Faut-il le rappeler, les enfants sont les premières victimes des crises, des calamités naturelles ou les affres de la guerre. Priorité aux enfants soldats La convention relative aux droits de l’enfant, comportant 54 articles et est l’instrument juridique le plus ratifié au monde. Conscients que la valeur d’une civilisation se mesure à  l’aune du degré de protection des enfants, pour paraphraser Aurélien Agbénonci, Coordonnateur résident du Système des Nations Unies, le Mali a décidé d’appuyer cette convention en lançant ce mardi, la Campagne nationale de de sensibilisation sur le Protection des droits de l’enfant et la Prévention du recrutement des enfants par les groupes armés… ». Pour Francoise Ackermans, Représentante de l’Unicef au Mali, «Â au moment o๠le Mali veut s’engager dans les opérations très légitimes de libération du nord, protéger les enfants enrôlés dans les conflits, comme enfants soldats, est une nécessité absolue et qui s’inscrit parfaitement dans le lancement de cette campagne. Du reste, il est utile de signaler que malgré des avancées remarquables en amtière de droit des enfants, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans est 191 sur 1000 au Mali, ce qui correspond à  344 enfants décédés chaque années. «Â 344 petites âmes » qui s’en vont, précise Mme Ackermans. Pire, le taux d’enfants entre 5 et 14 ans, quit ravaillent au Mali est de 76,2%, et dans n’importe quelles conditions. «Â Nous les enfants payons le plus lourd tribut dans les situations de crise comme celle qui frappe les régions occupées du nord Mali, il faut donc des instruments juridiques encore plsu forts pour nous protéger ! », a rappelé Kadiatou Sy du Parlement des Enfants. Ce 20 novembre marque donc une date significative. Dans le contexte que traverse le Mali, la protection des enfants est plus qu’un devoir, un sacerdoce pour tous !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut