International › Monde

Mali : les premières images de l’otage français enlevé le 20 novembre

Mal rasé, tête et regard baissés, il est vêtu d’une chemise bleue et entouré de deux hommes en armes. Dans une vidéo que le site mauritanien devrait diffuser, le Français fait cette déclaration : «Je m’appelle Rodriguez Leal Alberto. J’ai été enlevé à  Diéma, entre Nioro et Bamako, par le Mujao». «Je demande au gouvernement français de répondre rapidement à  leurs revendications», ajoute-t-il selon le site mauritanien, sans préciser quelles sont les revendications de ses ravisseurs du Mujao. «Je ne suis pas fautif dans cet enlèvement, c’est le gouvernement qui est mis en cause par ses actions extérieures», affirme-t-il. «Je suis bien traité» L’otage dit placer sa «confiance» dans le gouvernement français «qui saura traiter rapidement ma situation et trouver une issue favorable» «Pour ma famille, ne vous faites pas de souci. Je suis bien traité. Je vous embrasse et je vous aime tous», conclut-il. Cet otage avait été présenté par les services maliens de sécurité comme s’appelant Gilberto Rodriguez Leal, et non Alberto comme il se présente lui-même. Agé de 61 ans, né au Portugal mais de nationalité française, il a été enlevé par des hommes armés le 20 novembre au soir à  Diéma, localité située à  l’est de Kayes, ville proche des frontières avec le Sénégal et la Mauritanie. Il circulait dans un camping-car et venait de Mauritanie, pays qu’il avait traversé au volant de son véhicule. Le Mujao est l’un des trois mouvements islamistes qui occupent le Nord-Mali. Le 13 octobre, il avait menacé François Hollande personnellement, alors que la France affirmait qu’elle apporterait son soutien logistique à  une intervention africaine dans cette région.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut