Santé › Actualités Santé

Fonds Mondial : Tous (ou presque) innocents !

Neuf jours auront suffi à  la Cour d’Assise présidée par Mamadou Baba Traoré pour établir l’innocence des présumés auteurs de détournements dans la rocambolesque affaire du Fonds Mondial. Oumar Ibrahim Touré, Ousmane Diarra, l’ex coordinatrice du Programme national de lutte contre la tuberculose, Alimata Naco et 17 autres ont tour à  tour comparu à  la barre pour permettre aux juges de se faire une opinion. Et celle-ci est en faveur des prévenus : ce mardi 12 décembre 2012, ils ont tous été acquittés. Des ténors du barreau à  la défense Inculpés pour atteinte aux biens publics par faux, usage de faux, détournement, complicité d’atteinte aux biens publics, délits de favoritisme et complicité de ce délit, certains d’entre eux avaient passé plusieurs mois derrière les barreaux. Après les interrogatoires, le réquisitoire du ministère public, les recommandations de la partie civile, la plaidoirie des avocats, les arguments et prétention des parties, le président de la cour a délibéré : « En vertu des pouvoirs qui me sont conférés dans le code de procédure pénale, les 19 personnes que je vais citer tout suite ne sont pas coupables des faits qui leur sont reprochés. Il s’agit d’Oumar Ibrahim Touré, ex ministre de la santé ; Ousmane Diarra, ex DAF du ministère de la santé ; Toumani Sidibé, l’ex directeur national de la santé ; Doullaye Coulibaly, Charles Sanogo, Alassane Coulibaly, Youssouf Boré, Badra Alou Coulibaly, Mohamed Berthé, Alimata Naco, Satigui Sidibé, Djoumbogo Yalcouyé, Issiaka Béréthé, Djofflo Coulibaly, Mamadou Ousmane Ba, Mambé Coulibaly, Dramane Simpara, Mamadou Makadj, Issa Sow. Ils ont tous été acquittés et doivent être mis en liberté ». Pour les défendre, les célèbres avocats du barreau malien Me Mountaga Tall, Me Amidou Diabaté, Me Magatte Sèye, entre autres. Des irrégularités dans les dossiers Me Mountaga Tall qui défendait l’ex ministre de la santé Oumar Ibrahim Touré a affirmé que ceux qui ont diligentée l’enquête préliminaire ont péché. Me Magatte Sèye, qui défendait pratiquement tous les dossiers soutenant qu’ils ont été montés de toutes pièces, a appesanti sa plaidoirie notamment sur de délit de favoritisme évoqué. Pour lui, il n’y’a pas eu de violation des règles du marché public. Pour l’avocat, un dossier n’est crédible que lorsqu’il dit la vérité. A l’issue du verdict d’acquittement de ses clients, l’homme de loi a exigé que la nullité de l »arrêt de renvoi soit faite devant la cour suprême car « cet arrêt est une injure contre le droit et contre la procédure ». Me Alassane Diop qui défendait l’ex directeur national de la santé, Toumani Sidibé a fait savoir qu’il y’a eu des arrestations irrégulières dans cette affaire. Il a également dénoncé les insuffisances du juge d’instruction lors des enquêtes préliminaires et la vexation dans les commissariats. Lors de sa réplique, le ministère public, à  travers Daniel Téssougué, a crié sa déception devant la décision de la Cour. « Un juge travaille avec sa conscience en appliquant la loi. Le droit n’a pas été dit dans cette affaire », a-t-il déploré. Un seul condamné Ichiaka Diallo, l’ex comptable du Fonds mondial est le seul perdant dans cette affaire. La Cour d’assise l’a condamné à  5 ans de prison. Cependant, il est question que des circonstances atténuantes lui soient accordées même si la partie civile représenté par Daouda Doumbia lui réclame le remboursement de la somme de 121 097 900 FCFA qu’Ichiaka Diallo a reconnu avoir spolié. l’arrêt de la Cour d’assise a établi la non culpabilité des présumés auteurs du détournement. Mais les 3 milliards de francs CFA ont bel et bien disparu des caisses. Alors, qui les a volés ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut