Société › Actualités Société

La Marche pour la paix du BIPREM

Tombouctou, Gao et Kidal seront le théâtre d’une marche pacifique dont le seul but est de chasser les groupes armées qui ont occupés cette zone du Mali. Gao en constituera la première étape. C’’est ce que promettent les responsables du BIPREM qui comptent regrouper en moyenne 100 000 citoyens pour l’opération. Ainsi, le BIPREM veut reprendre les commandes de libération du nord à  travers cette opération nommée «Â Faso-Ko ». «Â Nous marcherons sans armes, mais avec des foulards blancs pour démontrer l’unicité de notre territoire… », indique Lassine Diawara. Le secrétaire à  l’information de ladite organisation, Aliou Badara Diarra, d’indiquer que cette initiative est un moyen pour faire fédérer les objectifs positifs afin de nouer un sentiment d’engagement chez les maliens. «Â Notre patrie, le Mali, est dans l’impasse. Les têtes dirigeantes et les institutions de la République ont fait des efforts pour le sortir de ses errements sans y parvenir. Malgré les brillants résultats du Haut Conseil Islamique du Mali concrétisés par la libération de plus de 160 militaires prisonniers des occupants du nord et surtout l’ouverture des couloirs humanitaires pour les populations des trois régions encore sous occupation, la réunification nationale suscite de grosses inquiétudes ». C’’est fort de ce constat que le BIPREM voit le jour. Libérez le nord ! l’organisation bénéficie de la collaboration du Haut Conseil Islamique (HCIM), du Réseau des Communicateurs traditionnels pour le Développement, ( RECOTRADE) et du Cherif de Nioro, Mohamed Ould Cheichnè Haidara dit Bouyé… «Â Il est temps de montrer au monde que la crise malienne est avant tout un problème des maliens », soutient le président du BIPREM. La marche qui aura pour objectif la libération du nord sera meublée par des communications (sensibilisations). Selon, le président Diawara, les marcheurs rencontreront des notables, des jeunes et des occupants à  Gao o๠sera orientée la première marche pacifique de réunification. Ils promettent de publier très prochainement le calendrier des actions à  entreprendre au nord. A en croire, les responsables du BIPREM, une vingtaine de bus quitterons Bamako d’ici fin décembre 2012. Toutefois, l’opération «Â Faso-ko » veut être en première ligne des nobles initiatives en matière d’implication des citoyens dans les processus de libération et de développement du Mali.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut