Santé › Actualités Santé

UNICEF : les journalistes en tournée sur la SEC

Dans la région de Kayes, nombreux sont les villages qui en bénéficient. Situées à  au moins 5 km d’un centre de santé communautaire, les populations de ces localités ne manquent d’éloge pour le rôle prépondérant de l’agent de santé de la communauté qui leur prodigue des soins de santé essentiels. l’ASC, la solution pour les localités reculées l’approche de la stratégie des soins essentiels au niveau communautaire (SEC) depuis 2011 est de rendre l’ensemble des services et des actions préventifs, curatifs et promotionnels ayant une efficacité scientifiquement prouvée, socialement acceptables, accessibles géographiquement et financièrement. Elle est mise en œuvre avec la communauté pour réduire la morbidité et la mortalité au niveau des ménages et des familles. De Kita en passant par Samantan, Kenièba, KolombaII, Loulo jusqu’à  Kayes, les populations de ces localités visitées ont affiché leur satisfaction vis-à -vis de la SEC à  travers l’agent de santé de la communauté. A Samantan, le lundi dernier, les journalistes ont rencontré des populations heureuses de la mise en œuvre de la SEC. l’agent de santé de communauté (ASC) est arrivé à  point nommé dans ce village situé 35 km du CSCOM de Djidian. Dans la localité, l’enterrement des enfants décédés à  la suite du paludisme, la diarrhée et les maladies respiratoires était le quotidien de la population. « Nous saluons l’arrivée de l’ASC dans notre village qui a pu mettre fin aux décès des enfants chez nous. Il y a bientôt deux ans on ne connait plus ça » témoigne le chef du village Allama Sidibe. Même avis que cette mère de trois enfants Djeneba Tounkara « avec l’arrivée de l’ASC le déplacement pour amener l’enfant au CSCOM à  Djidian est devenu un mauvais souvenir. Nos enfants et nos mêmes sommes tous en bonne santé » témoigne –t- elle. Dans la capitale de l’arachide Kita le médecin Ismaà«l Simaga a assuré le suivi et la mise en place effective de la SEC dans le cercle de Kenièba o๠22 sites soins de santé communautaires sont fonctionnels. Gueno Gorée, village modèle Le résultat est encourageant surtout avec l’implication des autorités locales. Le deuxième maire adjoint du conseil de cercle de Kenièba a expliqué que les plaidoyers seront fait auprès des sociétés minières pour assurer la prise en charges des ASC dans les villages au regard du retrait annoncé de l’Unicef à  partir du mois de décembre 2012. A Kolomba II, Makan Sissoko, ménagère, a pris la parole pour témoigner des bienfaits de la SEC. « Nous sommes très loin du CSCOM de Kenièba. Avec l’arrivée de l’ASC, la santé de mes enfants s’est beaucoup améliorée. Nous apprécions beaucoup la qualité de notre agent de santé qui est très disponible » témoigne t- elle. l’étape de Kenièba a pris fin par la visite de Gueno Gorée o๠l’autorité communale a joué un rôle très important en intégrant la prise en charge de l’ASC dans leur budget. « Nous pensons qu’on doit pas attendre que les partenaires se retirent avant de réagir. Pour cette raison, nous avons décidé d’intégrer la prise en charge des deux ASC dans notre budget» explique Alber Koly Cissé deuxième adjoint du maire. A l’inverse, à  Bangassi Doudou Maure, les autorités tergiversent encore pour prendre la relève après le départ des partenaires. Le deuxième maire adjoint Moussa Diallo rassure la population pour la pérennisation de l’ASC malgré le peu de lisibilité sur la suite des opérations. Les femmes de Bangassi Doudou Maure, espèrent que leur ASC, Djeneba Diarra, dont elles apprécient la qualité des prestations, va rester avec elles.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut