Société › Actualités Société

Embuscade des islamistes : l’armée malienne prête à réagir ?

Cette fois, il ne devrait pas y avoir de repli stratégique. C’’est du moins ce qu’espère la population de Mopti o๠l’angoisse serait perceptible depuis quelques jours, selon un habitant. Après l’annonce de la descente rapide des islamistes vers Douentza, C’’est l’armée malienne qui semble prendre les devants, en avançant aussi vers Douentza, la ville tampon avant Mopti et Sévaré. Les troupes stationnées à  la ligne de front à  Konan auraient ainsi grignoté du terrain. Et repoussé l’ennemi qui aurait reculé, précisent les agences de presse. Si la prise de Mopti serait dramatique pour l’évolution de la situation, la piste d’aéroport est aussi visée pour empêcher l’arrivée au sol de quelconques troupes panafricaines ou de la CEDEAO. Mais il est certain que sur place, il y a du mouvement. Si les djihadistes opèrent par embuscade, cette fois, ils ont eu affaire à  une réponse de l’armée. Des tirs de sommation ou tirs de dissuasion de la part de nos forces armées, ont été rapportés entre lundi et mardi dans la soirée. Comme un message à  l’ennemi, qui on a l’impression, teste aussi nos soldats par des rondes et files de véhicules patrouillant aux abords ces villes tampons. Et ce sont toujours des habitants qui les voient et témoignent. Autre information plus inquiétante, mais toujours invérifiée et confirmée par les autorités, celle de la capture de 12 soldats maliens par les djihadistes, et que nous révèle la chaà®ne d’information Qatari. On le sait le Qatar est accusé de financer les islamistes au Nord et ce genre de nouvelles est de nature à  semer la panique chez les habitants de Mopti ou à  créer la propagande. Mais il faut tenter de relativiser. Pour l’heure, le face à  face n’a pas encore eu lieu et les autorités sont sur le Qui-vive. Les choses pourraient-elles se précipiter et la guerre commencer plus vite que prévue ? Une réunion des Etats majors devrait avoir lieu ce mardi précise RFI. Cette fois, il faudra des décisions au sommet, et ne pas laisser des généraux livrés à  eux-mêmes sur le terrain. Pour l’heure, les deux fronts se surveillent. Pour rappel, Mopti est à  600 km de la capitale malienne. Notre dernier bastion contre les fous armés.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut