Santé › Actualités Santé

Malnutrition : les TICs au service de la lutte

Le Projet d’appui au ministère de la santé dans la prise en charge et la prévention de la malnutrition aigà¼e et le renforcement de l’introduction de la nouvelle technologie de Rapid SMS pour le système de suivi nutritionnel de la commune et V du district de Bamako est initié par la Croix Rouge et financé par l’UNICEF. Ce projet vise la réduction de la morbidité et de la mortalité des états de moins de 5 ans à  travers l’appui à  la prise en charge et la prévention de la malnutrition dans les commune I et V du district de Bamako. Selon Arnaud Phipps de la Croix Rouge française, ce projet a été initié en 2011 des enquêtes afin d’étudier les taux de malnutrition aigue sur 3 communes du district de Bamako, en l’occurrence les communes I 2 et 5. « Sur la base des résultats, nous avons choisi de lancer, il y a environ un an, le petit frère de ce projet, la phase pilote uniquement sur la commune V » déclare –t-il en rappelant que la crise que traverse le Mali a entrainé des difficultés surtout pour les ménages les plus fragiles économiquement. C’’est donc logiquement qu’ « il y a quelques mois lorsque la Croix Rouge est retournée voir l’UICIEF, bailleur de fonds de la phase pilote, nous avons demandé à  élargir notre dispositif à  la commune I et à  l’enrichir dans son contenu » affirme M. Phipps. Des SMS contre la malnutrition La particularité de ce projet est l’utilisation par la Croix Rouge des nouvelles technologies de la communication pour la collecte et la transmission des données de la malnutrition. Des SMS serviront aux relais qui sont sur le terrain pour signaler instantanément les enfants en situation de malnutrition, ce sont les « Rapid SMS ». En une année de phase pilote, 166421 personnes ont bénéficié des des activités du projet et 97488 enfants de 6 à  59 mois ont été dépistés. Selon les dernières enquêtes nutritionnelles réalisées en juin juillet 2011, la malnutrition aigà¼e touche environ 7, 300 enfants par an. La malnutrition sévère correspond à  1,4% des cas soit 119 cas sur 2000 cas admis chaque année en commune I du district de Bamako. Ce qui fait indiquer que la malnutrition est un problème de santé publique et de développement très grave au Mali, à  Bamako et dans votre commune. Pour la directrice régionale de la santé, ce projet permettra non seulement de renforcer les capacités du personnel de santé et des volontaires, mais aussi d’améliorer les indicateurs de prise en charge de la malnutrition.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut