International › Monde

CPI : Gbagbo de nouveau à la barre

Plus d’un an après son transfèrement à  la Haye, l’ex président ivoirien Laurent Gbagbo se retrouve publiquement devant les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ce mardi 19 février. C’’est la première fois depuis sa comparution initiale en décembre 2011 et plus de deux ans après les faits qui lui sont reprochés, en l’occurrence les violences post-électorales de la mi-2011 qui avaient fait plus de 3000 morts dans son pays. M. Gbagbo est soupçonné d’être « co-auteur indirect » de crimes contre l’humanité commis pendant les semaines qui ont suivi son refus de reconnaà®tre l’élection d’Alassane Ouattara, son rival, dont la victoire électorale avait été proclamée par la commission nationale électorale ivoirienne. Il est soupçonné d’avoir fomenté un « plan » composé notamment de meurtres et de viols pour s’accrocher au pouvoir. Déterminer si Gbagbo peut être jugé à  la Haye C’’est l’objectif principal de cette audience qui devra se conclure le 28 février. La Cour doit décider ou non de l’organisation d’un procès de l’ancien président ivoirien pour crimes contre l’humanité. Cette audience, qui devrait par une déclaration de Laurent Gbagbo, doit permettre aux juges d’examiner si les éléments de preuves rassemblés par l’accusation sont suffisamment solides pour permettre, plus tard, la tenue d’un procès. Le procureur, qui devra prouver que son dossier est solide, dispose de 600 pièces. En Côte d’Ivoire, cette audience, reportée à  deux reprises, est attendue par les partisans du régime Ouattara comme par les fidèles de l’ancien président, d’autant qu’elle pose à  nouveau la question cruciale des rapports entre justice et réconciliation. L’horaire des audiences a été adapté en fonction de l’état de santé de l’ancien président, et sont programmées de 14h30 à  18h30 (GMT+1). Pour rappel, la CPI est le premier tribunal pénal international permanent chargé de juger les auteurs de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre et Laurent Gbagbo est le premier ex-chef d’à‰tat à  lui être remis. Ce dernier devrait prendre la parole lors du dernier jour d’audience, le jeudi 28 février.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut