Dossiers › Dossiers

Otages français au Cameroun: le joli plantage des autorités françaises

C’est ce qui s’appelle un buzz. Un buzz sur une fausse nouvelle. Les médias se sont emballés ce jeudi matin, en annonçant à  grands renforts d’«URGENT», la libération des sept Français enlevés le 19 février, dans l’extrême-nord du Cameroun. La vraie-fausse nouvelle indiquaient que les membres de la famille avait été retrouvés sains et saufs par la police nigériane, dans la localité de Dikwa (nord du Nigeria, à  une centaine de kilomètres du Niger, donc, loin de la frontière avec le Cameroun). l’information a d’abord été donnée par l’AFP qui a cité des sources militaires camerounaises. «Les otages sont sains et saufs et sont aux mains des autorités nigérianes. Ils ont été retrouvés abandonnés dans une maison dans la localité de Dikwa», a affirmé à  l’AFP un officier supérieur de l’armée camerounaise. Seulement, le doute est très vite apparu, face aux démentis de l’ambassade de France à  yaoundé, la capitale camerounaise. les plus contradictoires circulent sur cette affaire. En réalité, tout ça n’était qu’un canular. Edouard Tamba, un journaliste camerounais indique sur son compte Twitter qu’il s’agit d’une «plaisanterie de mauvais goût faite par un officier camerounais farceur». Lire la suite sur www.slateafrique.com http://www.slateafrique.com/103649/liberation-otages-francais-cameroun-confusion

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut