Idées › Éditos

Aminata Dramane Traoré : « l’alternance n’a pas été synonyme d’alternative économique »

Le Forum social mondial 2013 continue son petit bonhomme de chemin dans la capitale tunisienne. Comme il fallait s’y attendre, le conflit malien n’a pas échappé aux discussions du Forum. En effet, le 26 mars dernier au stade El Menzah de Tunis, l’ancienne ministre de la culture du Mali sous Alpha Oumar Konaré et non moins présidente du ‘’Forum pour un autre Mali », Aminata Dramane Traoré, n’a pas boudé son plaisir. Elle a estimé que la guerre au Mali répondait à  des enjeux géopolitiques et géostratégiques. Des enjeux, selon elle, que l’on occulte volontiers. Des piques à  peine voilées à  l’égard de la France qui mène, à  côté des militaires maliens et africains, la guerre de libération des régions septentrionales du Mali aux mains des islamistes et terroristes. «Â Ce n’est pas une guerre de libération mais une guerre de pillage des ressources », a-elle martelé. Commentant la situation politique du Mali qui commémorait ce 26 mars 2013, le 22ème anniversaire de l’avènement de la démocratie suite à  la chute du Gal Moussa Traoré après 23 ans de règne, l’altermondialiste a regretté que les femmes et les enfants du Mali aient été les victimes innocentes des normes inégalitaires mondiales et du commerce inéquitable. Ces couches sociales sont, selon elle, mal loties malgré la révolution de mars 1991. Aminata Dramane Traoré d’affirmer que «Â l’alternance n’a pas été synonyme d’alternative économique ». Avant d’ajouter que la guerre n’est une solution et qu’une démocratie sans alternative économique n’en est pas une. Comme toujours Aminata Dramane est sans concessions face à  l’Occident et ses ingérences en Afrique, mais face aux discours, l’action fait parfois force. On a souvent reproché à  Aminata Dramane de toujours brasser les mêmes arguments. Elle assume volontiers son rôle d’intellectuelle.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut