Politique › Politique Nationale

Elections de juillet 2013 : à la guerre comme à la guerre…

Le compte à  rebours a commencé pour les élections de juillet prochain. La visite du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, le week-end passé a été l’occasion pour les autorités maliennes de confirmer le cap de juillet pour la tenue des élections. Certains Maliens émettent des doutes sur l’organisation des élections à  la date indiquée. Si ce sentiment habite les partis politiques, ils ne s’endorment pas pour autant sur leurs lauriers. Ils ne veulent pas se laisser surprendre et prennent déjà  le pouls des fiefs électoraux. Sur un air de précampagne Au Rassemblement pour le Mali(RPM), l’on est déjà  dans la dynamique des élections. Les jeunes du parti comptent mettre un point d’honneur pour porter leur porte-étendard, Ibrahim Boubacar Kéita, à  la tête du pays. Ils sont d’autant plus déterminés qu’ils sont conscients qu’IBK joue sa dernière carte pour une élection présidentielle. « Les jeunes seront le fer de lance du parti pour le scrutin à  venir. Le Président même fonde beaucoup d’espoirs sur nous et nous allons travailler pour ne pas le décevoir », confiait il y a quelques semaines un jeune du parti du tisserand. Prochainement, la machine juvénile va se mettre en branle. Pour joindre l’acte à  la parole, des responsables du bureau politique national, des jeunes et des femmes du parti sont descendus sur le terrain, à  l’intérieur du pays notamment, il y a plus de semaines dernières pour remobiliser les troupes dans la perspective de juillet. Il s’agit d’encadrer, informer et d’éduquer les militants à  la base sur la stratégie électorale du RPM. l’Adéma /PASJ, fort de son statut de première force politique du pays, est d’ores et déjà  dans la mouvance des élections avec les primaires et une pléaide de candidats déclarés, dont d’anciens barons du régime ATT. Sauf changement de dernière minute, le parti doit devra dévoiler demain, mercredi 10 avril 2013, le nom de celui qui défendra ses couleurs à  la présidentielle de 2013. Startings blocks Le parti Yéléma du jeune maire de la commune IV, Moussa Mara, se prépare aussi tant bien que mal. Malgré sa jeunesse, le parti du changement veut figurer dans les starting-blocks pour la présidentielle. Selon un membre du parti, on pense aux primaires pour choisir les candidats aux législatives. A la Solidarité africaine pour la démocratie et l’indépendance(SADI), il n’y pas d’obsession sur le scrutin. Loin d’être désintéressé par les échéances électorales, le parti d’opposition est plus préoccupé par la souveraineté du pays et l’organisation des concertations nationales. Créé pour soutenir la candidature de l’ancien premier ministre, Modibo Sidibé, le regroupement Fare/Anka wili tente de ratisser large sur fond de débauchage. Selon des informations, des responsables s’emploieraient à  ramener des militants d’autres partis dans leur cas. C’’est le cas de ce jeune d’un parti de la place qui, à  l’instar d’autres membres de son parti, a été contacté très proche parente de Modibo Sidibé pour

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut