Idées › Éditos

Sinko Coulibaly :  » Nous n’avons d’autres choix que de réussir l’élection présidentielle »

Cette rencontre de haut niveau sur le processus électoral 2013 au Mali a été organisée par le National Democratic Institute en collaboration avec l’USAID et a regroupé tous les acteurs nationaux de la classe politique, de la société civile, de l’administration, les partenaires et experts de la question électorale. Il s’agissait de renforcer le dialogue et la synergie entre les acteurs du processus électoral en vue de créer les conditions d’une élection apaisée, crédible et transparente en Juillet 2013. Le ministre de l’administration dans son discours d’ouverture a déclaré que l’organisation de cette élection exige la participation de tous les acteurs de la societé civile, la classe politique, les partenaires. « nous allons réussir cette élection car nous n’avons pas d’autre choix . Elle constitue un outil indispensable pour la sortie de crise ». Il a souligné les grands défis de la réussite des élections a savoir la sécurisation des dialogues et l’augmentation du taux de participation. « Malgré ces difficultés il faut impérativement relever les défis ». l’administration, cheville ouvrière de l’organisation de cette élection n’a pas pu délivrer le chronogramme électoral, le plan de transmission des résultats. La problématique du vote des refugiés et des personnes déplacés. Les débats ont plutôt porté sur le fichier biométrique, ses avantages et ses limites. Selon Siaka Sangaré Délégué général aux élections, le ficher biométrique a été la solution magique dans tous les pays africains pour empêcher les fraudes électorales. Le président de la CENI a lui exposé sur: «Les contributions des partis politiques pour un processus éléctoral crédible et apaisé : lecons tiréees des élections générales de 2007 », un thème a exposé par le centre malien pour le dialogue inter-partis et la democratie(CMDID).

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut