Politique › Politique Nationale

Konimba SIDIBE, candidat du MODEC: « Nous allons vous surprendre »

l’homme est connu sur l’échiquier politique malien par son caractère franc-parler. Le voilà  d’ailleurs en train de dénoncer certaines mauvaises pratiques de la gouvernance au Mali à  peine investi candidat de son parti. Et Konimba Sidibé d’annoncer « Nous sommes condamnés à  changer de pratiques de gouvernance. Nous pensons qu’il y a une exigence de leadership » a-t-il déclaré. La corruption généralisée dans nos services publics n’est pas à  encourager dans un pays qui aspire à  la bonne gouvernance. Pour ce faire, dit-il, il faut opérer un changement radical. D’o๠la création du Mouvement pour le Destin Commun. « Nous nous sommes inscrits dans la logique de changer les mauvaises pratiques ». A peine d’être crée les gens nous appellent de l’extérieur comme de l’intérieur non seulement pour nous aider mais aussi pour leur adhésion poursuit –t-il. Et ajoutant ainsi « nous allons vous surprendre au regard des implantations rapides du parti à  l’intérieur et l’adhésion massifs des militants » expert –t-il. Départ du PARENA Interpellé sur les raisons de sa démission du PARENA, Konimba Sidibé, naguère vice-président de ce parti, a laissé entendre qu’il était inimaginable pour lui de démissionner en tant que membre fondateur. «Nous avons voulu faire une reforme au sein du parti qui n’a pas abouti. A défaut de faire cette reforme au sein du parti, nous avons donc opté pour la création d’un nouveau parti » explique –t-il. Le MODEC est un parti démocratique qui rompt avec la « paternisation » des partis politiques. « Dans ce parti, il est question de se limiter à  deux mandats seulement. C’’est pour se démarquer du système de président à  vie. Au MODEC, les militants pensent que les gens de la même nation ont le destin commun et doivent construire le pays ensemble » a martelé Sidibé. Un bureau de 35 membres présidé par Konimba Sidibé a été mis en place. Fraichement investi, il dit avoir ses chances car ils sont nombreux les Maliens se ruer vers son parti. La vice-présidente, Madina Maky Tall, pharmacienne de son état affirme n’avoir jamais fait la politique, mais elle a décidé d’adhérer au MODEC à  cause de son fondateur qui est un exemple sur la scène politique malienne. Le MODEC a pour devise la fraternité, le travail et la justice.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut