Politique › Politique Nationale

Django à Jeddah: discussions de haut niveau à la BID

Arrivé en Arabie Saoudite ce dimanche 5 mai, le Premier Ministre Django Cissoko a aussitôt entamé son programme de rencontres avec les responsables de la Banque Islamique de Développement. Cette institution financière internationale apporte un appui constant aux politiques et stratégies de développement de notre pays. Ce voyage de deux jours fait suite à  une visite effectuée début avril à  Bamako par le vice-président de l’institution financière, notre compatriote Birama Sidibé. Une rencontre au cours de laquelle les deux personnalités avaient fait le tour d’horizon de la coopération entre les deux parties, le point des échéances futures en matière de développement économique. A ce jour, la BID finance des projets au Mali pour un portefeuille d’environ 400 milliards de Fcfa. Et la crise qui sévit depuis un an n’a pas trop pesé sur les activités qui sont essentiellement dans les domaines de l’énergie, des infrastructures, de l’agriculture. C’est donc d’une part pour réaffirmer ces liens de coopération que se déroule cette visite de M. Cissoko. D’autre part, il s’agit de solliciter l’appui de la BID pour la reconstruction du Mali. Une conférence internationale doit avoir lieu en Belgique, à  Bruxelles, le 15 mai prochain. Django Cissoko devra demander, au cours des échanges, à  la BID de prendre la tête des partenaires islamiques en tant que chef de file pour cette rencontre. Pour rappel, en août 2012, au moment o๠la plupart des bailleurs de fonds avaient suspendu leur coopération suite au coup d’Etat, la BID avait signé avec notre pays un accord de financement près de 22 milliards de Fcfa. Ce prêt est destiné à  la sécurité alimentaire et à  l’amélioration des revenus des producteurs ruraux.

La Banque islamique de développement confirmait ainsi une fois de plus son soutien constant aux politiques et stratégies de développement de notre pays. Cet appui de la BID est destiné précisément au financement de trois projets agricoles qui contribueront à  la souveraineté alimentaire du pays face à  la menace d’une éventuelle pénurie alimentaire résultant de la mauvaise pluviométrie de 2011.



0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut