Idées › Éditos

Haut conseil de l’Azawad : pour la paix des braves ?

Nouvelle instance pour amorcer le dialogue national, le Haut Conseil de l’Azawad, un territoire imaginaire qui en a fait couler du sang . Certains de ses membres étaients pro MNLA aux heures sombres de Janvier 2012, d’autres se réclamaient de l’identité touareg seule et des chefferies traditionnelles de la zone. Puis ce fut la débandade et la partition fut consommée au Nord. Il faut désormais reconstruire l’unité nationale du Mali. Du reste, si les revendications identitaires touareg perdurent alimentées par des mouvements plus ou moins armés au Nord, les cartes ont changé de mains. De la rébellion vindicative de Janvier 2012 à  Ménaka, l’on est passé à  la phase Paix, échanges de bons procédés, tentative pas inutile de se poser en interlocuteur, encore une fois privilégié de la crise malienne. Face à  la Commission Dialogue et Réconciliation, qui remporte un tapage médiatique étincelant, le Haut conseil de l’Azawad fait sa sortie. A sa tête, Mohamed Ag Intalla, élu de Kidal, d’une grande famille et qui affirme vouloir couper tout lien avec la mouvance islamiste, éparpillée depuis le début de l’opération Serval et fédérer tous les groupes d’origine touareg. Pour la bonne cause ? Et face au refus de désarmer du MNLA, qui revendique la possession de Kidal, o๠l’armée malienne et l’administration sont cruellement absentes, l’élu propose une alternative de Paix. Faut-il y voir une réelle prise de conscience ou une autre stratégie de rester dans le jeu politique, de gagner du temps, quand les autorités de transition, appellent urgemment aux élections, que ne souhaite pas une grande partie des ressortissants du nord, déplacés dans les camps de réfugiés voisins ou à  Bamako ? La Paix avec le Sud, ce sud qui a une urgence électorale pour plaire à  la communauté internationale et répondre aux volontés de la France, ce sud donc aurait déjà  tendu une oreille à  ce Haut Conseil de l’Azawad, qui pourrait peut être convaincre le MNLA et autres mouvements armés de la région de Kidal, à  laisser les armes une fois pour toutes ? l’on assisterait alors à  la Paix des… braves ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut