Politique › Politique Nationale

Le Gouvernement veut poursuivre le Dr Mariko

L’élu à  Kolondièba, Dr Oumar Mariko, est dans le collimateur du gouvernement. Ce dernier a en effet envoyé à  l’Assemblée Nationale une lettre signé du Premier Ministre demandant la levée de son immunité parlementaire afin qu’il puisse répondre devant la justice des multiples faits dont il est présumé coupable. Ladite demande a aussitôt été transmise à  la commission parlementaire créée à  l’effet d’étudier l’ensemble des demandes faites dans ce sens. Déboires Dr Oumar Mariko a été récemment arrêté par la sécurité d’Etat et interrogé des heures durant. Il avait ensuite été relâché mais la pression semble toujours peser sur lui de la part des autorités.pas que celles du Mali puisqu’il s’est vu refusé, il y a peu, un visa pour se rendre en Europe. Un camouflet pour l’homme qui était le chouchou de tous les fora internationaux o๠son « franc-parler » séduisait. La crise au Mali est passée par là  et surtout son soutien indéfectible à  la junte auteur du coup d’Etat de mars 2012. Il s’est même fait traiter de « djihadiste du sud » à  cause des multiples marches, meetings et conférences de presse qu’il organisait, avec des mouvements pro-junte, contre les autorités de la transition. Cette demande de levée d’immunité d’Oumar Mariko signifie que le gouvernement n’a pas pris en compte sa décision de mettre fin à  son mandat à  la fin officielle de la mandature de l’Assemblée, prorogé pour cause de crise. Une question se pose, l’honorable Mariko a-t-il continuer depuis à  jouir des droits dus à  son statut? Le nom d’Oumaar Mariko vient s’ajouter à  celui des députés Tall, Berthé et Gassama, dont les cas sont à  l’étude en ce moment au sein de la commission de levée d’immunité, mise en place la semaine dernière. Après la cascade d’arrestations de maires, va-ton vers des ennuis judiciaires pour les élus nationaux? De nombreux maliens l’espèrent car cela signifierait le début d’une ère nouvelle: la fin de l’impunité.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut