Société › Actualités Société

Niambaly : le retour de la jeunesse « dorée »

Niambaly est un hameau situé dans la commune de Siby. En ce jeudi 30 mai, il respire la bonne humeur après avoir été arrosé par une pluie abondante la veille. De bon augure pour le mariage qui sera bientôt célébré au village et qui unira pour le meilleur et le pire une jeune fille d’un village voisin et un jeune émigré revenue de Libye. Pour l’occasion le petit village de près de 300 âmes, retrouve l’ambiance des grands jours avec l’arrivée des ses ressortissants de Bamako pour la circonstance. Et surtout le retour remarqué ici de certains jeunes des sites d’orpaillage. Ceux-ci ne passent pas inaperçus. Ils étrennent leurs beaux habits achetés dans la capitale. Finamory Camara fait partie des dizaines de jeunes formant le contingent du village sur les sites d’orpaillage. Agé de 18 ans, il revient fraichement du site d’orpaillage de Dialafara, dans la région de Kayes. Il y a passé plus de trois mois. Le pactole récolté par l’adolescent, lui aura permis de permis d’épauler financièrement ses parents. Sur son retour, il l’estime volontaire et indique qu’il procède de la volonté d’aider les parents dans les travaux champêtres à  l’approche de l’hivernage. « Dieu merci, J’ai gagné assez d’argent malgré mon court séjour. Ainsi J’ai pu aider les parents à  faire face à  la période de soudure». Son père,Soumaila Camara, ne cache pas sa fierté pour son enfant qui « lui aura été d’un appui inestimable cette année ». Finamory n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Il envisage de retourner sur les sites d’orpaillage juste après la campagne hivernale. De deux ans le cadet de Finamory, Sékou Camara travaillait dans le site d’orpaillage de Woro toujours dans la région de Kayes. Parti un peu plus tôt que son frère du village, il avoue réaliser de bonnes affaires sans être bavard sur ce qu’il réellement gagné. Il place lui aussi son retour au village sous le signe du respect d’une tradition qui consiste, à  ses dires, à  aider la communauté à  travailler la terre. Naturellement, il est loin de réfuter l’idée d’une nouvelle aventure à  l’issue de l’hivernage. A l’instar de ces deux jeunes garons, les autres jeunes affichent aussi une satisfaction et sont loin de regretter leur aventure. Les discussions autour du thé s’articulent aussi autour des huit jeunes du village qui ont préféré prolongé leur bail avec les sites d’orpaillage. Aux dernières nouvelles, ils comptent y rester pour gagner plus en attendant d’aller tenter leur chance à  l’extérieur. Un avis diversement apprécié qui alimentera sans doute pendant quelques jours encore les débats au village.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut