Politique › Politique Nationale

Présidentielle 2013 : Oumar Mariko, le porte flambeau du SADI

Médecin de formation, Oumar Mariko est né le 4 février 1959 à  Bafoulabé dans la région de Kayes. Son engagement politique remonte à  l’époque o๠il était étudiant et membre de l’Union des élèves et étudiants du Mali (UNEEM) dans les années 70. Ensuite, il devient l’un des membres fondateurs de l’Association des Elèves et étudiants du Mali ( AEEM), dont il est élu secrétaire général entre 1990 et 1992. Comme tout bon militant de l’époque, il manifestera activement contre la dictature de Moussa Traoré et participera au Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP) après la prise du pouvoir par le général Amadou Toumani Touré. L’autre casquette d’Oumar Mariko, avant l’entrée dans la vie politique est celle de médecin généraliste. Il fonde ainsi la clinique Mah Doumbia et crée en 1995 une ONG médicale, Médecins de l’Espoir/Santé pour la Communauté (MEDES/SAPCOM) pour favoriser l’accès à  la santé pour tous. Homme de médias, également, Oumar Mariko est Directeur général du réseau de radios privées Kayira et membre de l’Union des radios et télévisions libres du Mali. C’est en 1996 qu’Oumar Mariko fonde le parti SADI (Solidarité Africaine pour l’indépendance et la démocratie) qui deviendra le seul parti d’opposition à  l’assemblée nationale avec 3 députés aujourd’hui. Oumar Mariko se présente pour la première fois à  l’élection présidentielle en 2002 et obtient 0,88 % des voix au premier tour. Oumar Mariko est de nouveau candidat à  la présidentielle de 2007 investi par le SADI. Au premier tour de l’élection présidentielle, il obtient 2,72 % des voix et arrive en quatrième position. Oumar Mariko obtient de meilleurs scores dans les régions de Sikasso et de Ségou avec 7,64 % et 6,72 % des voix. Et s’érige alors en défenseur des peuples et des sans-voix. En 2007, Oumar Mariko est élu député aux législatives et tout naturellement, il se présente à  l’élection présidentielle de 2012 après avoir été une nouvelle fois investi par son parti. Après le coup d’état du 22 Mars, Oumar Mariko et le SADI ont créé le MP22, le mouvement populaire du 22 mars favorable aux putschistes, qui avec d’autres associations constitueront plus tard la COPAM, ce qui lui a valu de nombreuses critiques et d’être indexé comme responsable de nombreuses manifestations et troubles à  l’ordre public. Mariko a aussi été considéré à  un moment comme un potentiel Premier ministre de transition, avant de prendre ses distances avec l’ex junte. Pour la présidentielle de 2013, et en dépit de la levée récente de son immunité parlementaire, Mariko est à  nouveau dans la course.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut