Société › Médias

Général Sanogo: les Sofas ne sont pas d’accord

La décision de porter le putschiste Amadou Haya Sanogo au sommet de la hiérarchie militaire du pays en lui attribuant le grade de général de corps d’armée est toujours au centre de l’actualité nationale. Les Sofas de la République s’adressent à  leur tour au président de la transition Dioncounda Traoré est au centre de toutes les accusations à  l’intérieur comme à  l’extérieur du Mali. En conférence de presse hier mardi 20 aout au carrefour des jeunes, les Sofas de la République (gardien traditionnelle de la République)composé des jeunes rappeurs, artistes et des hommes de droits ont demandé l’annulation de la promotion à  titre exceptionnelle accordé au Capitaine et à  Moussa Sinko Coulibaly. Selon les Sofas, cette promotion est une violation flagrante de procédure de l’avancement dans l’armée malienne. « Cet acte est anti-républicain et n’a aucun fondement juridique . Nous demandons l’annulation de ce décret présidentiel  » a déclaré Mohamed Bathily dit Ras Bath. Dans la disposition particulière applicable aux officiers généraux , l’article 45 indique  » les nominations et promotions peuvent être prononcées à  titre exceptionnel pour récompenser les actes d’éclats et services exceptionnels sans considération de la durée minimum de service fixé pour l’accès au grade supérieur  » . Ce qui fait dire Mohamed Bathily que cette nomination du capitaine Amadou Haya Sanogo n’est que de la forfaiture militaire qui ne correspond à  aucun de ses actes. En prenant cette décision « le président Dioncounda Traoré n’a pas mesuré la conséquence qui peut encourager autre coup d’Etat  » déclare –t-il. « C’’est le Mali qui sera désormais exposé à  des coup de forces militaires toujours quand s’il s’agit de prendre des armes pour être récompensé » ajoute-t-il. Bravo pour l’organisation de l’élection, mais pas suffisant Le groupe Sofa de la république a apprécié l’organisation brillante de l’élection présidentielle de la part de Moussa Sinko Coulibaly avant d’ajouter qu’il ne mérite pas d’être général car l’acte qu’il a posé est un acte civil. « Il y a d’autres manières de le récompenser » estiment les sofas qui se réjouissent cependant de la nomination de Didier Dackouo général qui a été toujours au front depuis le début de cette crise. Cette promotion devrait aussi concerner les colonels Elhadji Gamou et Neima Sagara, l’unique femme officier présente sur le front au nord du Mali. Pour faire aboutir leur combat d’annulation de ce décret ,les Sofas de la République s’engagent à  sensibiliser la population sur l’inutilité de cette promotion. Il faut souligner que Corinne Dafka, chercheuse senior à  Human rights watch a qualifié cette nomination du capitaine Sanogo, une décision scandaleuse. Selon elle la promotion du capitaine Amadou Haya Sanogo au rang de général est une décision scandaleuse. Sanogo et les forces qu’il contrôle ont été impliqués dans des violation très graves des droits des humains, parmi lesquelles des détentions arbitraires des disparitions forcées, des attaques contre des journalistes et des actes de tortures. La plupart de ces crimes ont été commis pendant les mois ayant suivi le coup d’Etat de mars 2012 . « Au lieu d’être récompensé par cette nomination Amadou Haya Sanogo aurait du faire l’objet d’une enquête pour sa responsabilité présumée dans ses actes  » déclare –t- elle.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut