Idées › Éditos

La parole au peuple : « Trop, c’est trop! »

Les Bamakois ont écouté avec satisfaction le président IBK lors de son adresse à  la Nation ce mercredi soir. Les décisions prises vont dans le bon sens, de l’avis général, mais il faut serrer la vis encore plus fort, pour mettre un frein définitf à  l’insécurité tant dans le nord du pays qu’à  Kati. Naman Toure, agent commercial, ne comprend pas pourquoi on parle toujours de négociations avec les groupes armés du nord. « Le président IBK doit lancer un ultimatum de 24 heures pour dire aux rebelles de déposer les armes et de laisser les revendications qu’ils font pour diviser ce pays. C’est seulement par la guerre que ce problème peut être réglé ». Quant aux militaires maliens, « ils doivent oublier leur affaire de grade et aller se battre. l’intérêt de la nation doit être leur priorité ». Kadija, communicatrice: « Le temps des discours est fini, il faut passer à  l’action. Dissoudre le Comité Militaire pour la réforme des forces de sécurité et de défense n’est pas la solution. Il faut prendre des sanctions, radier ceux qui posent des actes d’indiscipline aggravée. On ne peut pas continuer à  passer l’éponge. Les gens doivent comprendre qu’ils doivent faire face à  leurs responsabilités ». Pour Boubacar Diané directeur des études à  l’ISC-BS, nos militaires doivent savoir que les « fusils qu’ils ont en main ont été achetés avec l’argent de Maliens pour les protéger et sauvegarder l’intégrité territoriale. Personne ne doit prendre ces fusils pour faire sa propre loi ou pour revendiquer. L’armée C’’est la discipline et si la discipline ne règne pas, rien n’est possible ». En ce qui concerne le nord et le retour des attaques des groupes armés, M. Diané, « le président doit montrer à  ces bandits, ces terroristes que le Mali ne peut pas jouer continuellement à  ce jeu. Donner de l’argent pour calmer leurs revendications et finalement être prisonnier de leur chantage ». Oumar Maà¯ga, enseignant:  » Les événements qui se sont passés à  Kati et dans le nord du pays sont des actes qui doivent être considérés comme des actes de trahison nationale ». Il est catégorique, il ne fallait même pas discuter avec les rebelles. « Leur attaque montre qu’ils sont là  seulement pour semer le désordre. Il faut qu’ils répondent de leurs actes ». En ce qui concerne les incidents de Kati « trop c’est trop! il faut de véritables sanctions. Il faut radier tous les indisciplinés. C’est vraiment trop honteux cette image qu’ils donnent de notre armée ». « Donc je demande aux Maliens de soutenir notre président pour qu’il puisse prendre ses responsabilités et mettre fin à  tout ces problèmes ».

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut