Politique › Politique Nationale

IBK à propos de Kidal en marge du sommet de la CEDEAO

A l’issue du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA et celui de la CEDEAO auxquels il a pris part dans la capitale sénégalaise, le président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéita, a accordé vendredi 25 octobre un entretien à  la presse malienne (ORTM, Africable, AMAP) au cours duquel, il a salué l’intervention de la CEDEAO au Mali qui a contribué à  mettre fin au calvaire du peuple malien. Au cours du même entretien, le chef de l’Etat s’est dit heureux de l’engagement renouvelé de la CEDEAO aux côtés de notre pays dans sa lutte contre le terrorisme dans la partie nord. IBK a aussi évoqué le renforcement de l’effectif de la MINUSMA dans notre pays, estimé à  aujourd’hui environ 6000 hommes. Sur la situation sécuritaire au Nord et singulièrement celle de Kidal: «Â J’en ai profité aussi pour remercier aussi l’UEMOA que la CEDEAO, particulièrement la CEDEAO pour la part prise dans le salut du Mali. Vous savez que dès l’abord la CEDEAO s’est engagé à  soutenir le Mali par des décisions qui au regard de l’histoire peuvent être réputées avoir été heureuses ; en tout cas dont l’aboutissement a été la fin du calvaire du peuple malien. Dans les termes que vous savez : l’appel à  l’intervention Serval, laquelle intervention a été presque conjointe avec celle des forces des troupes de la CEDEAO au sein de la Misma, plus tard érigée en Mimusma. De tout cela, je pense qu’il il était de bon ton que reconnaissance soit faite à  l’entité Communautaire pour son engagement ; je ce que fais de bien bonne grâce. Je pense également le sommet a été l’occasion aussi pour le président Faure Gnassimbé de passer le relais à  notre frère Thomas Yayi Boni du Bénin pour ce qui concerne la présidence de l’Uemoa ; pour l’instant, la CEDEAO, elle continue sous l’égide du frère Alassane Ouattara. Au total C’’est donc une grande satisfaction que je tire de cette première participation à  deux sommets importants de qualité économique : l’Uemoa et la CEDEAO. J’en ai en même temps également profité pour dire combien je suis désolé d’avoir concentré tous les efforts de la CEDEAO, et également presque de l’Uemoa, sur les questions sécuritaires, en raison de ce qui avait lieu chez nous : la tragédie que notre peuple a vécu a concentré tous les efforts de la CEDEAO pendant presque plus u an. C’’est donc la reprise de la vocation économiques de ces deux entités qui a été conduite de fort belle façon. Voilà  ce que nous avions eu à  C’œur de réussir ici à  Dakar. Dans le communiqué, il est appelé un renforcement de la Minusma par la Communauté internationale. Un commentaire ? Un commentaire heureux. Cela pose simplement la constance de l’engagement de la CEDEAO auprès du Mali. Chacun le sait maintenant surtout depuis l’intervention du coordinateur du système des Nations unies au Mali qu’il souhaité le personnel de la Misma au Mali soit renforcé d’environ six milliers d’hommes. C’’est une information qui est dans le public, depuis au moins une semaine, ce n’est pas nouveau. Chacun sent que le mouvement Jihadiste veut reprendre du poil de la bête. On a signalé des regroupements au sud libyen qui n’augure rien de bon pour nos Etats, aussi bien le Mali que nos Etats frères du Niger et les autres. On sait le projet jihadiste. Les documents retrouvés à  Tombouctou au niveau de la Radio ont édifié le monde sur la réalité dans ce domaine, les vrais et les faux nés. J’ai profité pour informer mes homologues à  fond sur ce qui est de la situation dans le nord du pays, singulièrement à  Kidal que je trouve inadmissible, insoutenable, intolérable ; et qui ne saurait prospérer, très clairement.  » Je souhaite désormais que ces différents mouvements soient considérés comme des mouvements des groupes armés », a déclaré le chef de l’Etat. Par rapport aux élections législatives dont le premier tour est prévu pour le 24 novembre, le président de la République estime qu’il n’y a pas de problème à  ce niveau. « Le communiqué issu du sommet de la CEDEAO s’est surtout félicité de la bonne tenue de l’élection présidentielle au Mali qui incarne désormais la dignité malienne retrouvée. Nous avons pris une place qui est la nôtre au sein de la communauté internationale. C’est le retour du Mali au sein de la communauté internationale d’une manière décisive et ferme », a-t-il dit.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut