Économie › Actualités Économie

 » Transform Africa » à Kigali : combler la fracture numérique sur le contient

l’ouverture de ce grand forum mondial sur les technologies de l’information et de la communication a donné lieu hier à  une cérémonie imposante présidée par notre compatriote le Dr. Hamadoun Touré, secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (UIT), au Serena hôtel de Kigali. La conférence vise justement à  donner aux participants une opportunité idéale pour définir un nouvel agenda pour l’Afrique afin de mieux appréhender les défis du développement à  travers l’utilisation et l’adoption des services à  large diffusion des connexions. Lors de l’ouverture officielle de ce sommet qui regroupe plus d’un millier de participants, les différents intervenants ont unanimement insisté sur la nécessité d’utiliser les TIC au service du enveloppement, notamment par la mise en place de puissantes bandes passantes. Le secrétaire général de l’UIT, le malien Hamadoun Touré, a rappelé à  ce sujet qu’en 2007, cet organisme avait nourri l’ambition de connecter toute l’Afrique. Les engagements pris à  cette date ici même au Rwanda, lors d’un précédent sommet, sont en passe d’être atteints avec la généralisation des larges bandes à  travers le continent. Ces bons résultats constatés dans les différents pays ont motivé la naissance de cette nouvelle phase, C’’est-à -dire celle de l’innovation et de la transformation. Pour le patron de l’UIT, l’industrie des technologies est un moyen efficace de développement. Il estime que le vieux modèle de développement basé sur la charité ne marche pas. Il faut dès lors changer de stratégie en s’engageant dans une nouvelle dynamique de transformation de nos modes de vie grâce aux TIC. Pour cela, il faut connecter le continent, le transformer en innovant continuellement. C’’est le sens même que l’UIT donne à  cette rencontre de Kigali, a précisé Hamadoun Touré. Le vice-président de Banque africaine de développement, Gilbert Mbesherubusa, a fait remarquer que plus de 800 millions de cartes « sim » ont été vendues sur le continent. Cela est le résultat direct d’investissements conséquents dans le domaine de la connectivité. Si au niveau de la téléphonie, les acteurs se congratulent, ils reconnaissent cependant le retard criard du continent dans le domaine de la connexion internet. En effet, plus de la moitié des Africains n’ont toujours pas accès à  Internet. La disponibilité et surtout le coût de la connexion sont les principaux facteurs de blocage. Les ordinateurs à  option Wi-Fi, les smartphones et les tablettes demeurent inaccessibles pour la bourse d’une large partie des populations du continent. Financer ces manquements nécessite une grande innovation, a souligné le vice-président de la BAD qui a par ailleurs annoncé le lancement d’une étude qui fera le bilan de la connectivité en Afrique. Il a invité les donateurs et investisseurs à  faire des efforts supplémentaires pour rendre plus accessible le coût de l’Internet. Le sommet 2013 de « Transform Africa » a choisi un slogan fort expressif : « le futur livré aujourd’hui ». Le rendez-vous est d’une telle importance pour notre pays que plusieurs ministres, Ousmane Ag Rhissa (Environnement et Assainissement), Jean Marie Idrissa Sangaré (Communication et Nouvelles technologies de l’information), Mamadou Gaoussou Diarra (Jeunesse et Sports) et Moustapha Ben Barka (Promotion des investissements) y participent.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut