Santé › Actualités Santé

Mortalité maternelle : ces femmes qui font 15 km pour accoucher

Situé à  15 km du village de Selingué dans la commune rurale de Baya, le village de Balama compte des milliers d’âmes. Leurs activités principales reposent sur l’agriculture et l’orpaillage traditionnel. Les femmes de ce petit village malinké font le trajet la nuit comme le jour à  pieds ou à  dos d’âne pour faire les consultations prénatales ou pour accoucher à  Bendougou, localité située à  15 km de Balama. D’autres témoignent avoir même accouché en cours de route. Il arrive à  certaines dames de marcher la nuit dans la douleur pour accoucher. « J’ai accouché il y a un mois de cela. Pour aller au centre de santé nous y allons souvent à  moto. En partant vers ce centre, nous avons eu une panne sèche. Nous étions obligés de continuer à  pied » affirme Rokiatou Kamissoko. Quant à  Assistan Sangaré, mère de sept enfants, elle dit avoir fait l’aller-retour Balama-Bendougou à  pied pour l’accouchement. « La distance de Balama et Bendougou me paraà®t ordinaire faute de moyens de transport. J’ai accouché deux fois dans cette condition difficile » indique t-elle. L’arrivée de l’Agent de santé communautaire (ASC) il y a trois ans de cela a contribué à  réduire progressivement le taux de mortalité surtout infantile qui était très élevé à  Balama. Sa tâche principale se limite à  des soins essentiels tels que le traitement du paludisme, la diarrhée, la toux et la convulsion. Pour ce qui concerne les soins intensifs et l’accouchement, l’ASC les envoie au centre de santé le plus proche. « Avant l’arrivée de ces agents, la diarrhée, les convulsions et autres maladies ont tué beaucoup de nos enfants » explique le chef du village. Pour sa part, la présidente du groupement des femmes de Balama souhaite avoir un centre de santé dans leur village afin d’atténuer la souffrance de ces braves dames.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut