Culture › Musique

Festival de Sélingué : que la fête commence

Cet après midi là  sur la route de Sélingué-Bamako, un petit car ramenait les journalistes partis faire le lancement de la deuxième édition du festival Urban, Music et Mode. C’’était un 11 janvier 2013. Au même moment, les assaillants prenaient la ville de Konna. La suite, nous la connaissons. Point de festival, Etat d’urgence, l’opération Serval à  ses premières heures, feu sur les djihadistes, et donc plus question de faire le show. C’’est ainsi que la 2è édition du festival International de Sélingué a dû, comme beaucoup d’autres manifestations culturelles du Mali, être annulée. Comment en effet s’amuser pendant que le Mali, aidé par les puissances étrangères comme la France, combattait sur le front pour conserver son intégrité territoriale… C’’était pour la petite histoire… 8 janvier 2014, retour à  la normale. Dans quelques jours, nous fêterons l’anniversaire de l’opération Serval. Mais pour les promoteurs du festival, C’’est aussi une renaissance : l’annonce de la 3è, oui la troisième édition du festival Urban Music et Mode, autour du thème Paix, et Réconciliation nationale ». Aucun autre thème n’aurait pu supplanter cette exigence, à  laquelle, sont confrontés les Maliens du nord, du sud, de l’ouest, de l’est, appelés à  se retrouver pour trois jours de fête, à  Sélingué, dans la commune rurale de Baya du 28 au 30 Mars 2014. Pas de déplacement sur le site cette fois pour lancer le festival. Les chevilles ouvrières de l’Association Mali Art Promotion, et ses partenaires, ont convié la presse à  une rencontre au Palais de la Culture : « Cette édition est symbolique à  plusieurs titres, rappelle Ibrahim Coulibaly, administrateur du festival, et comporte plusieurs nouveautés ». D’abord, un vernissage le Jeudi 27 Mars. Une coupe tournoi de football en hommage à  feu Hama Traoré, promoteur de l’Hôtel Sélingué Club décédé l’an dernier et une clôture monumentale à  Bamako, au Stade Modibo Keita, avec une guest-star. A Sélingué, la fête battra son plein, entre la grande scène au bord du fleuve Sankarani, les djidashows, ou ambiances de bord de plage, la boà®te de nuit en plein air pour les noctambules avérés et tiens, une retransmission en direct sur la chaà®ne panafricaine Africable Télévision, autre innovation de taille. « Ce festival est appelé à  se pérenniser et à  acquérir ses lettres de noblesses », ajoute Mr Coulibaly plein d’espoir. Pour cela, il sera accompagné par de grands maestros comme Boncana Maiga et son orchestre, Sékouba Bambino et ses musiciens et biens d’autres surprises de choix. Djidashow, kermesse et tourisme etC’… Avec un budget estimé de 200 millions, Sélingué veut partager l’affiche avec de grandes manifestations comme le Festival sur le Niger de Ségou, Essakane à  Tombouctou, ou encore Les Voix de Bamako. Avec une équipe motivée, et un programme alléchant qui prévoit des artistes locaux et internationaux comme Kamaldine de Guinée Conakry, la diva Babani Koné, Abdoulaye Diabaté, chantre des Korédugaw, Diénéba Seck, Baba Salah, les rappeurs Gaspi et Master Soumi, le Groupe Tamasheq Amanar, le show sera au rendez-vous des nuits et des jours choisis. Si on est loin de l’affiche de la 1ère édition qui a vu Oumou Sangaré, Salif Keita, Will Calhoun et Cheick Tidiane Seck inaugurer le coup d’essai, on reste un peu sur notre faim. « Il y aura une surprise, vous verrez », promettent les organisateurs. Entretemps, la mode brillera sur le podium de Sélingué , chapeauté par la belle Tahara Touré. . En journée, on pourra se balader en pirogue, faire du Canoé Kayak, des Karaoké partys et une visite de l’immense barrage de Sélingué, poumon de la région, pas trop loin des mines d’orpaillage artisanal… Foire artisanale et conférences débats Pour les plus intellos, et les férus d’affaires, la foire artisanale et agricole devrait battre son plein et des conférences, s’intéresser à  l’aspect environnement, tourisme, développement local, impact sur les populations d’une région, dont le potentiel, reste très largement inexploité. Région poissonnière par excellence, l’on pourra toujours ramener de belles carpes à  Bamako et les faire braiser en souvenir… Urban, Music

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut