International › Monde

Serval: un bataillon de Chasseurs alpins en route pour le Mali

Ce choix est dicté par leur expertise en topographie et en raison de leurs qualités d’adaptation aux conditions extrêmes. Une cérémonie de levée des couleurs s’est tenue, lundi dernier à  Varces, à  l’occasion du départ pour le Mali de 300 hommes du 7ème BCA (Bataillon de Chasseurs Alpins). Ils partiront, par vagues successives, dans les prochains jours, toujours dans le cadre de l’opération Serval à  laquelle participent actuellement 2500 militaires français. Ce départ intervient alors que la France poursuit actuellement, l’allégement de son dispositif militaire. Un an après le début de l’opération Serval visant à  lutter contre les groupes islamistes armés qui occupaient le nord du pays, « l’essentiel de la mission a été accomplie », a estimé François Hollande il y a une quinzaine de jours. Le président de la République avait alors confirmé que l’effectif français au Mali serait ramené à  1600 hommes mi-février. Mais la réorganisation du dispositif militaire français vise à  un rapprochement de la bande sahélienne, o๠la menace jihadiste est la plus forte. Une triple mission Les hommes du 7ème BCA seront déployés à  Kouri, Kidal, et Gao. Ils auront pour mission l’accompagnement au combat des militaires maliens et des Casques bleus, la formation des unités maliennes et l’installation d’un bataillon autonome à  Gao. Le colonel Lionel Catar, chef de corps du 7ème BCA, prendra le commandement de ce bataillon du GTIA (Groupement Tactique InterArmes), à  Gao, à  compter du 8 février. Les Chasseurs alpins avaient déjà  été envoyés en mission en Afghanistan mais c’est une première en Afrique. Formés à  la base pour le combat en montagne, ils devront faire appel à  leur expertise en matière de topographie, à  leur aptitude à  se reconnaà®tre quel que soit le terrain. Plutôt habitués à  se protéger du froid, ils devront, cette fois, lutter contre la chaleur avec des températures dépassant souvent les 40 degrés.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut