Santé › Actualités Santé

Ebola : fausse alerte à Bamako

Au Mali, les dispositions sont prises à  tous les niveaux. Les villes frontalières telles que Kouremalé, Yafolilla, Keniéba et Selingué ont toutes été dotées d’équipements de surveillance et de contrôle de protection individuelle. Le chargé de communication du département en charge de la santé et de l’hygiène publique, Markatié Daou, joint par téléphone, a indiqué que le ministre de la santé, Ousmane Koné était à  Kourémalé pour se rassurer des dispositions mises en place pour épargner le Mali de cette fièvre hémorragique très contagieuse et dévastatrice. « A l’aéroport de Bamako Senou, une caméra thermique a été installée il y a une semaine », nous a confié le chargé de communication du département. Selon lui, elle permet de détecter les cas des fièvres élevées parmi les passagers. « Dans cette tâche, un cordon de la gendarmerie et de la police est constitué pour pouvoir détecter facilement les cas de fièvre à  partir de cet appareil ultra moderne. l’OMS a également procédé à  la remise des dons de matériels de protections aux agents de santé sur le terrain », a-t-il dit. Zéro cas d’Ebola au Mali Concernant les rumeurs de cas d’Ebola à  Faladié ou au CHU Gabriel Touré, la semaine dernière, Markatié Daou a précisé que C’’était une fausse alerte. « Le cas de Faladié qui aurait provoqué la panique n’était qu’un cas de paludisme », a-t-il dit. Selon des témoins, les agents de santé dans un centre de santé à  Faladié auraient fui des patients souffrants du paludisme dans son état fébrile pour s’enfermer dans leur chambre. Ils sont revenus au centre après être rassuré que C’’était que du paludisme et non de la fièvre Ebola. s’agissant du CHU Gabriel Touré, le chargé de communication de l’hôpital a affirmé que le CHU n’a reçu aucun cas de fièvre Ebola. Malgré toutes dispositions prises par le gouvernement, les populations ont la peur au ventre car la Guinée et le Mali sont des pays o๠voisins dont les échanges séculaires auront du mal à  être freins par les mesures de sécurité prises. Le voisin sénégalais a quant à  lui pris une mesure même draconienne en fermant sa frontière avec la Guinée. Il faut souligner qu’il n’existe aucune mesure préventive ni curative à  cette maladie qui se manifeste par une fièvre excessive, des vomissements, une diarrhée hémorragique. La situation inquiète la sous-région et la communauté internationale qui ont mobilisé les fonds importants pour circonscrire l’épidémie.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut