International › Monde

L’otage français Gilberto Rodrigues Leal est mort (confirmé)

Un groupe djihadiste a annoncé à  l’AFP la mort de l’otage français Gilberto Rodrigues Leal, capturé en novembre 2011 au Mali. Suite à  l’annonce du Mujao, le porte-parole du Quai d’Orsay Romain Nadal a publié un communiqué, dont voici un extrait : « Nous avions, depuis plusieurs mois, beaucoup de raisons de nous montrer pessimistes sur le sort de notre compatriote, explique le représentant du ministère. Sa famille en avait été informée depuis décembre 2013. Le communiqué du Mujao, responsable de son enlèvement, nous conduit malheureusement aujourd’hui à  penser que M. Rodrigues Leal est probablement décédé, bien qu’aucune preuve matérielle ne puisse encore nous autoriser à  le confirmer.» Mort faute de soins? Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) a annoncé ce décès. Il s’agit du groupe djihadiste qui avait revendiqué son enlèvement, en diffusant deux photos et une vidéo de l’otage. « Il est mort, parce que la France est notre ennemie », a déclaré dans une brève communication téléphonique Yoro Abdoul Salam, un responsable du Mujao qui n’a pas précisé quand et dans quelles circonstances l’otage était mort. Plus tôt, ce mardi, Midi Libre citait des sources selon lesquelles « Gilberto Rodriges Leal serait décédé, malade, faute de soins et de médicaments ». Le soixantenaire avait été enlevé en novembre 2012 dans l’Ouest du Mali, à  proximité de la frontière mauritanienne, par des hommes du Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Sa famille n’avait «plus aucune nouvelle» depuis le 26 janvier 2013. Dimanche, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, s’était déclaré « très inquiet » concernant le sort de cet otage âgé de 61 ans. « Cela fait longtemps que nous n’avons pas eu de nouvelles », ajoutait-il, à  l’occasion de la libération des quatre journalistes détenus pendant 10 mois en Syrie.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut