Économie › Agriculture & Élevage

Mali: 15% du budget national seront alloués à l’agriculture

« Je décide à  partir de ce Conseil supérieur de l’agriculture d’allouer 15% du budget national à  l’agriculture. J’instruis le gouvernement à  traduire en actes concrets cette volonté présidentielle. » « Aussi pour cette campagne agricole 2014-2015, dont je procède au lancement officiel aujourd’hui, le sac d’engrais de 50 kg sera cédé au paysan au prix subventionné de 11.000 Fcfa sur toute l’étendue du territoire national ». Telles sont les décisions clés de cette 5è session du Conseil supérieur de l’agriculture présidée hier par le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita. Le chef de l’Etat a, par ailleurs, imploré la clémence du Tout Puissant pour qu’il gratifie notre pays d’une bonne pluviométrie, afin que les paysans puissent atteindre les objectifs de production. Le président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Bakary Togola a vivement salué les décisions prises par le chef de l’Etat et l’a remercié au nom de tous les paysans. Il faut rappeler que les objectifs de production pour cette campagne sont en effet ambitieux. Le plan de campagne présenté par le ministre du Développement rural, Dr Bocary Tréta prévoit une production céréalière de 7.180.404 tonnes, toutes spéculations confondues, dont 2.304.479 tonnes de riz paddy. Les prévisions de productions de mil, de maà¯s et de sorgho sont respectivement de 1.779.443 tonnes, 1.767.429 tonnes et 1.244.994 tonnes. l’excédent céréalier prévisible commercialisable est estimé à  1.734.488 tonnes, dont 327.950 tonnes de riz (17%) et 1.560.872 tonnes de céréales sèches (83%). La vente de cet excédent céréalier pourrait générer un revenu brut d’environ 421 milliards Fcfa. Ce qui améliorerait la résilience des petits producteurs dans un contexte de changement climatique et contribuera à  la réduction de la pauvreté, a assuré le ministre du Développement rural. La production de coton prévisionnelle est de 525.000 tonnes contre 440.000 tonnes. Les besoins globaux d’engrais sont estimés à  349.129 tonnes dont 327.113 tonnes d’engrais minéraux (94%) et 22.016 tonnes d’engrais organiques (6%). Le ministre Tréta a expliqué qu’en raison de la baisse remarquée du prix des engrais minéraux sur le marché international, la Compagnie malienne de développement des textiles (CMDT) a pu réaliser un bénéfice de 7 milliards Fcfa sur l’achat d’intrants cette année sur une enveloppe de 19 milliards qui lui était assignée.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut