Culture › Arts Plastiques

Soirée culturelle Amadou Hampâté Bâ, la JCI Ciwara lance un défi aux jeunes

l’initiative était belle et voulait rendre hommage à  l’illustre écrivain Amadou Hampaté Bâ, qui a été fêté le 15 Mai dernier par une conférence débats à  Bamako et dont les héritiers s’attachent à  transmettre ses valeurs et son enseignement à  la jeunesse malienne. Pour celui qui prône la connaissance profonde de sa culture pour mieux être au monde, les proverbes et pérégrinations de l’enfant de Bandiagara ont le mérite d’être une source o๠s’abreuver pour trouver ses repères. l’Organisation locale de la JCI, Bamako Ciwara a organisé le 31 Mai, une soirée traditionnelle à  Bamako qui a mis aux prises 8 associations de jeunes représentant toutes les régions du Mali de Kayes à  Koulikoro, Kidal, Tombouctou, Sikasso, Gao, Bamako, Mopti et qui devaient s’affronter sur trois thèmes sous le parrainage du Conseil National de la Jeunesse Malienne(CNJ) et son président Mohamed Salia Touré. Narration Pour le concours de narration, il fallait faire la présentation orale de sa ville d’origine. Connaitre son histoire, son économie, ses atouts culturels ou géographiques pour avoir l’aval du jury, sans compter qu’il ne fallait surtout pas lire, ce sur quoi certains candidats se sont disqualifiés d’avance sous l’œil attentif du public. Ensuite, le défilé de tenue vestimentaire et la présentation des mets culinaire, o๠comment mettre en valeur le port vestimentaire de sa région tout en soumettant aux membres du jury, des spécialités culinaires dignes de ce nom. Couscous de mil et sauce arachide de Kayes, Alabadja de Kidal, Widjila de Gao, Tô de Ségou et de Kayes, riz au gras et poisson frit de Mopti, Galettes de Fari(beignets de Haricots) de Bamako accompagnés de sa sauce piquante aux oignons, sans oublier les jus locaux et les desserts comme le déguê au lait caillé, ou le jus de gingembre assaisonné pour voyager gustativement aux quatre coins du Maliba. Les tenues des jeunes étaient belles entre tissus traditionnels en coton, coiffes de chasseurs ou de cultivateurs, turbans des tamasheqs de Tombouctou, boubous et parures en perles des femmes sonrhaà¯s de Gao, ainsi que les dampé fleuris et colorés des belles de Kidal, la compétition fut rude, surtout lorsqu’il s’est agi de danser en valorisant le patrimoine culturel de sa région. Promouvoir l’excellence à  travers le Ciwara A la fin du concours, C’’est la ville de Gao qui a remporté le concours de narration, Ségou s’est taillé le trophée du meilleur défilé de tenues traditionnelles et de présentation de mets culinaires. Sikasso a remporté le concours de danse et Kidal a reçu le prix spécial du Jury en hommage à  la réconciliation nationale. Toutes les associations gagnantes ont reçu un trophée en bois en forme de Ciwara, symbole de l’excellence et qui récompense les plus grands travailleurs dans tous les domaines de la vie. Le jury a surtout noté les candidats sur leur originalité, l’entrée en scène, l’occupation de la scène, mais aussi l’harmonie dans le groupe. N’eut été la pluie, la soirée aurait du se dérouler dans les jardins du Musée National, mais promet, Nafissatou Maiga, la présidente de JCI Bamako Ciwara, la 2è édition de cette soirée traditionnelle, sera plus belle !

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut