Personnalités › Interview

Mama Traoré, une aiglonne aux States

Journaldumali : Vous n’êtes pas très connue du grand public malien.. ? Je suis Mama Traoré, la fille de Molobaly TRAORE et Assitan DIAKITE tous au Mali. Je suis basketteuse je vis aux Etats-Unis. Je suis mariée et J’ai une petite fille de 3 ans. Je vis à  Philadelphie o๠je joue actuellement au sein de l’équipe de Temple University. Parlez-nous de votre début carrière internationale aux USA J’ai débuté ma carrière en tant qu’internationale après avoir remporté la coupe d’Afrique des Nations Espoir avec l’Equipe Nationale du Mali au Mozambique, Maputo en 2006. l’année suivante en 2007, avec l’équipe Nationale Espoir, nous avons représenté le Mali en Russie pour la coupe du Monde U21. J’ai ensuite rejoint l’équipe Nationale Junior du Mali en France pour les préparatifs de la coupe du Monde U19 en Slovaquie (Bratislava). Une année plus tard en 2008, je suis sortie avec l’équipe du Djoliba A.C pour la coupe d’Afrique des Clubs africains au Kenya. C’est en 2010 que je suis partie aux à‰tats-Unis pour jouer au Burlinton County College o๠J’ai tenu le poste de capitaine deux années successives. Comment se passe votre expérience américaine ? Plutôt bien. Actuellement, je joue au Temple University. Au Burlinton County Collège ou j’ai passé deux saisons 2011-2012 et 2012-2013, j’ai été élue meilleure joueuse 2012-2013 du tournoi des 19 régions « National Junior Collège Athletic Association Academic Region XIX All First Team». La même année, J’ai été meilleure joueuse de l’Etat de New Jersey « Garden State Athletic Conférence All First Team». Et puis championne de l’Etat de « Garden State Athletic Conférence Champion». En 2011-2012 J’ai été également meilleure joueuse de l’université Burlington County College : « Burlington County College Women Basketball Most Valuable Player». J’ai également reçu la mention excellente à  l’université «Burlington County College Dean’s» Quel est le secret de cette réussite ? C’’est vrai que les à‰tats-Unis sont la Nation du Basket-ball, mais seul le travail m’a permis de m’imposer. Mon secret est que je ne me limitais pas seulement aux entraà®nements qu’on faisait tous ensemble en tant qu’équipe mais je faisais beaucoup d’entraà®nements individuel avec mon mari (qui est aussi professionnel basketteur, ndlr), et on jouait beaucoup l’un contre l’autre. Après ses travaux durs, C’’est tout naturellement que je m’imposais dans mon équipe. Tout en vivant au Etats-Unis, vous vous investissez au Mali… J’ai créé en 2011 au Mali la NAAB (National Association Africain de Basket Ball). Nous avons ainsi organisé ce week-end au stade Modibo Kéita « THE ALL STAR GAME ». Ce projet consiste à  organiser entre les meilleurs joueurs et joueuses du Basket Ball, un concours de 3 points, de dunk et de chute à  partir de la ligne médiane. Quel conseil donneriez-vous aux jeunes basketteuses maliennes? Je leur dirai d’être toujours la personne qui travaille le plus dur dans l’équipe o๠qu’elles se trouvent. Si chacune de nous adopte cette mentalité, le Basket-ball féminin continuera à  être le numéro Un en Afrique. Et aussi, il ne faut pas oublier les études car cela va de pair avec le basket-ball.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut