Société › Environnement

PGRNCC : pour une gestion intelligente des ressources naturelles

Pour faire aux phénomènes que sont la baisse de la pluviométrie ces dernières années, la sécheresse persistante dans le Sahel, mais aussi les mauvaises pratiques agricoles tels que les feux de brousse ou le surpaturage qui affectent les équilibres écologiques et la fertilité des sols en dégradant les ressources naturelles, le Mali a initié un projet de gestion des ressources naturelles, financé par la Banque Mondiale, d’un montant total de 21,4 millions de dollars US. Les domaines visés par ce projet (PGRNCC) sont notamment la gestion durable des terres, la diversité biologique et les changements climatiques. un projet qui s’inscrit en droite ligne d’une politique de réduction de la pauvreté et appuiera par ailleurs l’initiative de la Grande Muraille verte. Le projet s’étale sur une durée de 5 ans( 2014-2018) et couvre 14 communes sensibles des deux régions de Kayes et Koulikoro). Kadiaba Kadiel, Yéréré, Guetema pour le cercle de Nioro et Dilly, Koronga, Dabo, Guire, Fallou, Ouagadou, Niamana pour le cercle de Nara. Boron, Sebete, Toubakoro, Kiban pour le cercle de Banamba sont les communes visés par le proget de gestion durable des terres. Il s’agit d’ancrer dans les pratiques quotidiennes des communautés conernées, la gestion durable des terres, d’améliorer le couvert végétal fortement menacé et de sensibiliser ces communes aux risques et dangers des changements climatiques au Mali. Le projet est piloté aussi bien par le ministère de l’environnement et de l’eau que l’agence pour l’environnement et le développement durable(AEDD) et plusieurs autres ONG et associations de la société civile malienne, tout comme avec l’appui des Partenaires techniques et financiers.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut