Idées › Éditos

Edito : A quelques jours d’Alger

Qui a dit que le Burkina était hors du jeu ? Pour les groupes armés du Nord, la capitale burkinabè est toujours d’actualité. Afin de se mettre d’accord face à  l’appel de certains groupes d’autodéfense comme le Gatia, qui demande à  participer aux négociations, les principaux groupes rebelles à  savoir le MNLA, le MAA ou encore le HCUA font le point à  Ouagadougou. De manière générale, on récuse la formation de ces groupes basés uniquement sur l’aspect tribal. Cela pourrait compliquer des négociations déjà  sensibles, quant des tensions peuvent subvenir à  tout moment, comme ce fut le cas lors du premier round d’Alger. Cette fois, on cherche à  mettre les bonnes cartouches de côté. Si le Gatia qui signifie « groupe auto-défense touareg Imghad et alliés » et se déclare contre l’autonomie, n’a pour le moment suscité aucun réaction chez les autorités maliennes, chez certains observateurs, il suscite méfiance et prudence : , déclare le chroniqueur, Isselmou Moustapha Salihi spécialiste du Mali pour l’hebdomadaire mauritanien Tahalil. D’un autre côté, la situation sur le terrain, oblige les parties à  accorder leurs violons afin de s’assurer toutes les chances de parvenir à  un accord durable. C’est sans doute l’objet de la rencontre de Ouagadougou entre factions rebelles, qui s’y sentent à  l’aise, pour évoquer tous leurs points de dissenssion. Leur objectif commun est une forme d’autonomie à  défaut de l’indépendance de l’Azawad et ce n’est pas le Gatia qui viendra y mettre son grain de sel. Et comme l’a signifié l’Algérie, qui a provoqué le report des négociations, initialement prévues pour le 17 Août à  début septembre, il s’agit pour chacun de venir à  la table des négociations, dans un climat de sérénité.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut