Idées › Éditos

Edito : Cela n’arrive pas qu’aux autres…

Pourvu que le cas qui a été localisé au Sénégal reste un cas isolé. Ne surtout pas céder à  la panique, ni à  la peur. En fermant les frontières avec la Guinée voisine o๠l’épidémie d’Ebola sévit, le Sénégal a sans doute fait une erreur. Contre-productif, commentent certains, puisque cela n’a pas empêché cet étudiant guinéen de se rendre au Sénégal. Pensait-il y être plus en sécurité ? A-t-il voulu échapper à  la psychose après la mort de son frère ? Il reste qu’en entreprenant ce voyage sans précautions, il a perturbé la quiétude des sénégalais, jusque là  habitués à  contrôler les choses. Ebola fait peur. Ebola fait craindre le pire. l’OMS prédit une propagation rapide qui pourrait atteindre 20000 cas. « On n’a jamais vu une épidémie d’une telle ampleur depuis la dernière et cette fois, contenir le virus demandera des moyens plus grands », prévenait l’épidémiologiste Barbara Knust, du Centre pour le contrôle des maladies d’Atlanta (USA). C’’est donc une question de moyens. Les Américains ont rapatrié et guéri deux de leurs ressortissants grâce au ZMAPP, ou par une prise en charge rapide des patients infectés en Sierra Léone. l’Amérique a les moyens d’agir, de prévenir, de guérir, tandis que nos pauvres pays sont débordés, sous équipés, sous assistance. La recherche jusqu’ici n’a pas trouvé de vaccins et de traitement adéquat pour rassurer la vaste majorité qui se demande aujourd’hui s’il est encore possible de vivre en Afrique en toute quiétude. En attendant, il faut garder les bons réflexes, s’informer, prévenir plutôt que guérir. Dans le cas du virus Ebola, ne pas céder à  la panique et appliquer les mesures d’hygiène et de sécurité. Si les adeptes de la théorie du complot soutiennent même l’idée que l’Afrique ne serait que ce laboratoire, o๠on lâche des maladies folles, pour ensuite les combattre au moyen de vaccins expérimentaux. Ne serions-nous donc que cet éternel cobaye ? Il y a en tout cas de quoi vouloir immigrer en Occident, puisque sous nos baobabs, l’ombre a perdu toute sagesse. Il est fini le temps o๠l’on pouvait vivre sans peur et sans prendre toutes les précautions et à  tout moment. Il est définitivement révolu le temps, o๠l’on osait encore penser que cela n’arrive qu’aux autres. Que Dieu protège l’Afrique.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut