Santé › Actualités Santé

Ebola : les premiers éléments de la Mission de l’ONU au Ghana et au Libéria

Les premiers membres de la Mission des Nations Unies pour la lutte contre Ebola (UNMEER) sont arrivés à  Accra, la capitale du Ghana, o๠se trouvera son quartier-général, alors qu’un autre détachement est arrivé au Libéria, a indiqué lundi le porte-parole du Secrétaire général. Jeudi, à  l’occasion d’une réunion du Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon avait annoncé l’établissement de cette mission sanitaire d’urgence des Nations Unies pour stopper l’épidémie qui frappe plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Vendredi, l’Assemblée générale avait adopté une résolution appelant les Etats membres à  apporter leur soutien à  cette Mission. L’objectif de cette mission sanitaire d’urgence est de garantir une action rapide, efficace et cohérente pour stopper l’épidémie, traiter les personnes infectées, assurer les services essentiels, préserver la stabilité et prévenir la propagation vers les pays qui ne sont actuellement pas affectés. La Guinée, le Libéria et la Sierra Leone sont les trois pays les plus touchés par l’épidémie. « Les Nations Unies ont aussi établi aujourd’hui le Fonds d’affectation spécial multipartenaires pour lutte contre Ebola qui garantira une contribution cohérente du système des Nations Unies à  l’ensemble des opérations », a expliqué le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors d’un point de presse au siège des Nations Unies à  New York. Le Fonds doit permettre de collecter des contributions des Etats membres, des organes législatifs régionaux, des organisations inter-gouvernementales et non gouvernementales, des entreprises et des individus. Les contributions peuvent être faites en ligne. « Les bailleurs de fonds peuvent aussi choisir de contribuer directement aux agences des Nations Unies participant aux opérations de lutte contre Ebola », a précisé le porte-parole. Par ailleurs, le comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a conclu sa deuxième réunion sur Ebola la semaine dernière et a réitéré qu’il ne devrait pas y avoir de restrictions au voyage et au commerce concernant les pays les plus touchés par l’épidémie.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut