Politique › Politique Nationale

Coordination militaire de l’Azawad : Le MNLA et alliés sur le pied de guerre

La coordination des mouvements de l’Azawad continue de jouer la provocation. Après le meeting du 23 octobre 2014, du leader du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) Algabass Ag Intallah, pour appeler à  la guerre contre Barkhane et la Minusma, ces mouvements armés posent un ouvel acte qui concrétise cette menace. En effet la coordination des mouvements de l’Azawad vient de mettre en place une coordination militaire de l’Azawad. C’’était à  la faveur d’une rencontre ayant réuni ses secrétaires généraux, officiers supérieurs et personnes ressources à  Anefis du 27 au 28 octobre 2014. Regroupant le MNLA, le HCUA et MAA dissident, cette coordination, dont le commandement sera assuré par Mohamed Ag Najim, est composée de 10 officiers. « Cette nouvelle structure militaire regroupant les forces militaires du MNLA-HCUA-MAA a pour objectif de répondre à  l’insécurité grandissante dans nos régions et protéger nos populations contre les agissements de toute forme d’organisation milicienne gouvernementale », informe le document dont nous avons reçu une copie. La création de cette coordination intervient juste quelques jours après la troisième phase des pourparlers inclusifs inter-maliens d’Alger. Les travaux ont été marqués par la remise du document de synthèse de la médiation internationale aux différentes parties pour examen avant la reprise au mois de novembre pour l’élaboration du préaccord. Un document de synthèse qui exclut toute idée de fédéralisme ou d’autonomie demandée par la coordination des mouvements de l’Azawad. Ce qui a sonné comme une grande désillusion chez les mouvements de la coordination qui avaient du mal à  cacher ce sentiment la semaine dernière à  Alger. Sentant un revers revenir par la voie des négociations, le MNLA et alliés veulent-ils se préparer à  la guerre obtenir au forceps un Etat de l’Azawad ?

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut